Lombricomposteur – 7 mois

13 novembre 2010 par  
Classé dans (Vermi-)Compostage, Evolution, Nature

P1080622.JPGVoila 7 mois que le lombricomposteur a été mis en place dans l’appartement de Vert-Citron…quelques nouvelles évolutives et des anecdotes à partager !

Première récolte !

Et voila ! En ce mois de juillet 2010, j’ai l’honneur de vous annoncer que l’aventure du lombricomposteur vient
de fêter son premier compost à M+7 !

Observations :

P1080622.JPG

Lombricompost à M+7

- Ce n’est pas évident de le vider seul(e) ! Si c’est le cas mieux vaut prévoir un jardin ou beaucoup de papier journal ! (pour poser les autres bacs remplis !)

- L’ensemble devient assez lourd, car assez humide. Néanmoins, je récolte moins de thé de vers qu’au début (aujourd’hui :~1 pot yaourt par semaine), sans doute dû aux différents bacs qui se gorgent de nutriments et d’eau. De plus, je rajoute souvent de la matière carbonée pour que ce ne soit pas détrempé. Ces papiers retiennent donc aussi l’eau.

- En regardant de plus près, on remarque qu’il reste des coquilles d’œufs que je n’ai pas assez broyées finement. Tant pis, elles serviront de drainage quand j’utiliserais le compost !

- Pour cette étape de récolte du compost, mieux vaut ne pas être effrayé par les lombrics ! En effet, il reste quelques vers dans ce bac dont beaucoup de ‘bébés’ : certains sont triés et remis dans le bac au dessus, je laisse les autres dans le compost que je mets dans un sac adapté : ils
continueront leur travail en attendant que je l’utilise ! Cette étape prend donc un peu de temps si on prend soin de bien trier.

P1080626

Prêt à être récolté

- Et bien sûr, il ne faut pas avoir peur de se ‘salir’ les mains dans de la terre, ou plutôt à proprement parler dans de l’humus !

- A la fin de la récolte : 1/3 d’un sac de 10L est rempli ! Il servira prochainement en surfaçage pour toutes mes plantes !

- Conseil : ne mettez pas votre compost dans un sac perforé de mini trous d’aération surtout si vous êtes en appartement sans terrasse ! Sinon risque d’écoulement de jus de
compost !!

Problème de moucherons

P1080631.JPG

Compost récolté

S’agit-il d’une cause à effet ? Mais en tout cas, je ne mets plus de peau de banane dans le lombricomposteur ! Un ami m’avait dit que cela se dégradait très bien dans son compost de jardin… J’ai voulu tenter… Les jours qui ont suivi, je me suis retrouvée avec plein de moucherons ! (drosophiles et autres toutes petites mouches). Il est vrai que lorsque vous regardez un panier de fruits : si vous avez des bananes, ces moucherons sont souvent sur ces dernières…J’ai donc arrêté les bananes que je donne à cet ami pour son compost d’extérieur !

Aujourd’hui encore, je suis un peu envahie par ces moucherons, différents trucs, néanmoins, récoltés ici ou là sur la toile permettent de diminuer leur impact ! (En appartement, ce n’est pas très sympathique de voir une nuée de moucherons qui s’envolent à la moindre ouverture du lombricomposteur . S’il est sur une terrasse cela pose moins de problèmes )

- Rajouter de la matière carbonée pour qu’il y’ait moins d’humidité et de condensation, étaler une couche fine de terreau par-dessus le premier bac pour que les moucherons ne viennent plus pondre sur les aliments (et arrêter la nourriture jusqu’à ce qu’il n’yen ait plus !), passer sous le jet (ou sous la douche !) le couvercle du lombricomposteur et nettoyer les trous d’aération, on peut aussi parsemer un peu de farine .

On retrouve aussi des petits vers blancs, entre autres. Sachez néanmoins que ces moucherons ou vers blancs ne sont pas nocifs au compost, désagréables, certes, mais ils indiquent trop d’acidité ou trop d’humidité. (ou encore la gourmandise avec les bananes !!)

 Attention à la pyréthrine (et à la chaleur )

P1080632.JPG

Récolte et stockage

Dans ce dernier paragraphe, je vais vous parler de ma plus grossière erreur…A ne surtout pas reproduire !

Les vers sont sensibles au froid et à la chaleur, leur fourchette d’optimisation est ~20°C. Au-delà d’une certaine température, ils meurent…Mais ce n’est sans doute  pas pour cette raison que mes vers des deux plateaux du haut sont morts…il y’a peu…Le lombricomposteur est situé en intérieur, à l’abri des rayons du soleil avec une température  constante – même s’il y’a fait chaud ces derniers jours…

Non, voyez-vous, pour essayer d’éradiquer les moucherons ‘plus vite’ (comme quoi la patience est la mère des vertus) j’ai utilisé de la pyréthrine (insecticide naturel). J’ouvrais le couvercle, les moucherons s’envolaient et c’était radical ! Seulement voila, 2 ou 3 fois, j’ai pulvérisé avec le couvercle laissé ouvert…Or la pyréthrine même si non rémanente, agit à court terme tout de même et se dissout dans l’eau et ne concerne pas seulement les insectes mais TOUS les animaux à Sang Froid ! Je suppose donc être à l’origine d’une extinction massive de mes propres vers de terre…

Et surtout, je n’ai pas supprimé le problème à la source…  A partir de ce moment, on se rend vite compte qu’un lombricomposteur est un éco système à lui tout seul…

En voulant rajouter de la nourriture, je ne voyais plus de vers en surface du premier bac… mais un amas visqueux au fond de ce bac avec des dépouilles de lombrics. En regardant dans le deuxième bac : même constat pas de ver en surface et surtout : odeur nauséabonde ! Dans le bac du bas, les vers étaient vivants…ouf ! tous ne sont pas morts ! Faute de lombrics qui aèrent et qui digèrent les aliments, le système est rentré en anaérobie, d’où cette odeur qui n’est pas celle du compost, mais bien de pourriture…

P1080633.JPG

On repart de 0

Constats : A partir de ce moment, j’ai laissé le robinet ouvert avec un bac en dessous, pour que de l’oxygène puisse  venir plus facilement en créant un appel d’air permanent. Le fait d’avoir utilisé un insecticide naturel non rémanent me facilite la vie même si j’ai perdu beaucoup de lombrics : j’ai couru en acheter ‘des tous nouveaux tous neufs’ pour les mettre dans les bacs où il n’y en avait plus. Avec un produit rémanent, j’aurai dû tout jeter et ne remettre des lombrics que plus tard…(c’est la même chose qu’avec les désherbants…) Depuis je surveille si tout rentre dans l’ordre…et surtout : plus de pyréthrine au dessus du lombricomposteur !

Promis, je regarderai tout d’une façon plus holistique la prochaine fois! J’ai appliqué bêtement un produit sur un symptôme et je n’ai pas eu le regard global…

 

70px blog vert citron

A propos de l'auteur

Je m’appelle Mélanie, green-girl et passionnée, je suis paysagiste-herbaliste et formatrice-coach en cosmétiques faits-maison. J'essaie de faire de l'écologie un art de vivre au quotidien, pour tous, selon une philosophie et une éthique en lesquelles je crois. Depuis 2010, à travers ce blog Vert-Citron et différents livres/magazines, je vous délivre des conseils et des astuces écolo-nomiques. J'anime des balades botaniques et des ateliers/formations sur les plantes : des cosmétiques faits-maison à l'entretien de la maison, de la saponification au maintien de la santé, du compostage à l'art d'aménager son jardin. Au plaisir d'échanger avec vous!


Vos plumes vertes

2 Réponses pour “Lombricomposteur – 7 mois”
  1. grenouille dit :

    Hum, je suis ravie de tomber sur ces articles « lombricomposteur au quotidien »… Voici un petit bout de temps que je tourne autour, sans me décider à sauter le pas. En fait, j’ai l’impression que
    les moucherons sont quasi inévitables, ce qui m’embête car j’aimerais intégrer mes lombrics dans la cuisine !!! Mais peut-être en testant dans une pièce moins gênante ? (hélas, comme toi je n’ai
    pas de balcon…)

  2. grenouille dit :

    Je suivrai… Même si ce n’est pas forcément ça qui me décidera ou non, de toutes façons j’en ai très envie… Mais je suis curieuse de savoir comment tu résoudra le souci ! (congélation ?
    Enterrer les déchets ?)

Vos plumes vertes

N'hésitez pas à partager vos avis et vos questions greens!