Lombricompoteur – 2 mois

2e couche, déchets peu décomposésMis en place, il y’a environ deux mois, voici des nouvelles en direct du lombricomposteur. Quelle est son évolution, comment se reproduisent les lombrics mis en place un peu plus tôt? Et… que deviennent nos déchets organiques?

1ers constats

naissances lombrics

BB lombrics ;)

J’en suis plutôt contente pour l’instant, même si je pense qu’en « temps normal » le processus doit être un peu plus rapide… Je m’explique: au lieu des 500g de vers prévus au démarrage du lombricomposteur, j’ai estimé mon poids de départ de lombrics à la moitié… et sachant qu’ils doublent en population tous les deux mois, me voici donc, aux 500g estimés de départ! De plus, nous ne sommes que deux à utiliser ce lombricomposteur qui est  normalement prévu pour une famille de 4 personnes, ainsi, les déchets s’accumulent moins vite et donc le compost aussi…d’ailleurs, nous ne sommes encore qu’au bac du bas! Nous ne devrions pas tarder à monter d’un étage…

Depuis le début, lorsque le lombricomposteur est fermé: aucune odeur ne s’en échappe! (et aucun ver non plus!) Cela ne prend pas beaucoup de temps: ouvrir le bac pour mettre les déchets, remuer de temps en temps, humidifier légèrement tous les 2/3 jours, récupérer les vers coincés entre les bacs (ceci
devrait être réglé lorsque les autres bacs seront remplis): je dirais environ 1/2 heure par semaine…

Evolution chronologique

  • 1er mois
2e couche, déchets peu décomposés

On joue à cache-cache

Le substrat et les 1ers déchets ont commencé à prendre la forme d’une « éponge humide » dès 15 jours. Le 1er mois, je faisais régulièrement des « pauses » de nourriture à cause du manque de vers: les déchets s’accumulaient et se dégradaient très mal. Quand on ouvrait, une odeur acide s’en dégageait. J’ai donc augmenté les déchets sous forme carbonée (papiers) et calcaire(coquilles d’oeufs) Petit à petit, cela s’est régulé.

Aux environs des 3 semaines, les vers n’étaient pas encore sous la surface, j’ai tout de même remis peu à peu des  déchets facilement dégradables (pelures pommes de terre, endives…)

  • Entre 1 et 2 mois

Au début du 2e mois, le thé atteignait le robinet, mais il était vite évaporé. Les vers allaient de plus en plus vers le 2e bac et se coinçaient entre le géotextile et le bac du bas: au moins, ils avaient commencé à monter en surface! Régulièrement, je les remettais donc dans le bac du compost actuel (bac du bas) et en profitais pour aérer un peu les déchets afin qu’ils ne soient pas trop entassés.

J’ai eu une prolifération de petits vers blancs qui indiquaient une acidité importante: coquilles d’œufs et papiers à la rescousse! Aujourd’hui, je n’en ai plus. Ces vers blancs sont inoffensifs pour le compost ou pour les lombrics mais ils sont une indication de l’acidité.

  • 2 mois à aujourd’hui
3e couche, déchets commençant à être bien dégradés

Couche de déchets qui se dégrade

Je découvre petit à petit des « bébés » vers: ces derniers ressemblent à leurs ainés mais en plus petits. Je remue de temps en temps les déchets et cela ne sent que très peu lorsqu’on ouvre le lombricomposteur. Les vers sont visibles juste sous la surface comme recommandé. Ils sont souvent regroupés entre eux et semblent bien vivants! Le lombricomposteur commence à sentir le bon compost et ne sent plus du tout l’acidité. Et si nous fouillons et creusons un peu le compost, nous pouvons observer:
– compost dégradé et noir au fond
– compost noir mais moins dégradé au dessus
– déchets qui commencent à se dégrader
– et enfin les déchets récents sur le dessus.

Ce bac commence à devenir de plus en plus lourd!

4e couche, on peut commencer à parler de compost, belle couleur noire

La dernière couche prend une belle couleur

Les déchets « durs » comme les trognons de navets ou de choux ont du mal à se décomposer, les coquilles d’oeufs doivent être bien pilées afin d’être mieux ingérées par les vers. D’ailleurs, certains des déchets ont commencé à faire des germes ou des nouvelles pousses… ce qui signifie un bon taux d’humidité et une bonne chaleur constante, je suppose! Je les enlève, bien entendu, mon but n’étant pas d’avoir un mini potager dans mon lombricomposteur!!

Tous les 3/4 jours, je mets un verre d’eau environ afin de conserver une « éponge humide » et pour compenser la matière sèche que je mets régulièrement par rapport à nos déchets de cuisine humides. Ceci a permis une moins grande évaporation du thé et celui ci commence à bien augmenter. Je crois que je vais m’en servir pour mon prochain arrosage! Avec le printemps qui arrive, je suis sûre que mes plantes vont beaucoup apprécier!

Liste de déchets qu’on y place régulièrement:
-pelures de fruits, de légumes,
-coquilles d’œufs,
-rouleaux de papier toilette ou d’essuie tout,
-feuilles de végétaux (sans maladies ou parasites)
-feuilles de thé
-je ne mets plus (ou alors très peu) de marc de café qui m’apporte des moucherons! Je préfère le mettre directement dans mes jardinières!

Extrait de thé récolté

Extrait de thé récolté

 

70px blog vert citron

A propos de l'auteur

Je m’appelle Mélanie, green-girl et passionnée, je suis paysagiste-herbaliste et formatrice-coach en cosmétiques faits-maison. J'essaie de faire de l'écologie un art de vivre au quotidien, pour tous, selon une philosophie et une éthique en lesquelles je crois. Depuis 2010, à travers ce blog Vert-Citron et différents livres/magazines, je vous délivre des conseils et des astuces écolo-nomiques. J'anime des balades botaniques et des ateliers/formations sur les plantes : des cosmétiques faits-maison à l'entretien de la maison, de la saponification au maintien de la santé, du compostage à l'art d'aménager son jardin. Au plaisir d'échanger avec vous!


Vos plumes vertes

N'hésitez pas à partager vos avis et vos questions greens!