Plantes & Indésirables: Bye Bye les cochenilles !

14 octobre 2014 par  
Classé dans Fiches animaux, Indésirables, Nature

150px VC cochenilles fusainQu’elles soient « farineuses » ou « à bouclier », que vos plantes soient dites d’intérieur ou d’extérieur, les cochenilles s’en fichent et aiment se rassasier de presque toutes les plantes. Surtout lorsque ces dernières sont déjà affaiblies… Le malheur des uns fait le bonheur des autres... Mais en règle générale, ce sont les jardiniers en herbe qui créent des déséquilibres sur les plantes qu’ils accueillent, en laissant la porte ouverte à différentes maladies et animaux opportunistes…

610px VC cochenilles fusain

La première fois que l’on m’a envoyé des photos de l’état de ce pauvre fusain ci-dessus, j’ai pensé à des aleurodes… Les photos étaient floues et la seule chose que je voyais était une multitude de « points blancs ». Mais lorsque j’ai eu un échantillon entre les mains, les dégâts étaient pires que je ne l’imaginais, tout était envahi: les feuilles étaient recouvertes de « tiretés » blancs et les rameaux étaient complètement boursouflés. Ce n’était donc pas des aleurodes mais un type de cochenille à bouclier: Unaspis euonymi

Le saviez-vous? Certaines cochenilles servent à élaborer le « rouge carmin » dans l’industrie alimentaire et cosmétique. Il est obtenu par broyage des insectes et apparait sous la dénomination E120 (alimentation). Vous ne regarderez plus votre yaourt à la fraise ou votre rouge à lèvres de la même manière! (En savoir plus: www.sciencepresse.qc.ca – rouge-cochenille colorant naturel)

Symptômes / Signes de l’infestation de cochenilles sur vos fusains

Si votre arbuste est fortement infesté, vous ne pourrez pas les louper… D’ailleurs, bien trop souvent c’est à ce stade que beaucoup de personnes s’en aperçoivent… c’est aussi à ce moment là, que pour une grande majorité, il sera dégainé le « pshiiiit-pshiiiiiiiiit-pshiiiiiiiiiiiiit-, aller encore un pour être sûr: pshiiiiiiiiiiiiiiiiiit »… Produit bien toxique non seulement pour les cochenilles, mais aussi pour les insectes alentours, vos animaux de compagnie et vos propres voies respiratoires…. 

Ces fortes infestations de cochenilles peuvent entraîner la mort de l’arbuste par manque de nourriture car les cochenilles se nourrissent essentiellement de la sève des végétaux… Avant d’en arriver à ce cas extrême, il est facile de déceler les premiers signes de l’installation des cochenilles avec un peu d’observation:

♧ Les feuilles attaquées peuvent présenter des lésions jaunâtres sur le revers des feuilles et le long des nervures centrales.
♧ Les feuilles peuvent chuter par manque de sève et de nutrition (les cochenilles la prélevant). Les feuilles étant aussi le siège de la photosynthèse, si celle-ci vient à manquer, elle peut entrainer la mort prématurée de la plante.

A savoir:

Selon le type de cochenille, les feuilles peuvent devenir collantes par la production de miellat (substance produite par les cochenilles),  puis apparition de fumagine (= champignon dont les spores se développent sur le miellat en produisant une poudre noire). Mais ce n’est pas le cas d’Unaspis euonymi…

♧ Les cochenilles du fusain mâles sont blanches, ailées mesurent environ 2 mm de long et se situent principalement sur le revers des feuilles. Lorsqu’un fusain est infesté, c’est le nombre élevé de cochenilles mâles qui lui donne son apparence blanche.

♧ Les cochenilles femelles, dites à bouclier, se présentent sous la forme de petites protubérances gris-marron d’environ 2mm de diamètre. Elles se retrouvent principalement sur les jeunes rameaux.

Les femelles hivernent pendant la saison froide puis, au début du printemps, elles déposent leurs œufs sous leur bouclier protecteur. Ces derniers éclosent à la fin du printemps et les jeunes cochenilles vont pouvoir commencer à migrer vers les feuilles pour s’alimenter de la sève de la plante hôte.

Conditions favorables aux cochenilles du fusain

Les cochenilles se retrouvent généralement sur des plantes déjà affaiblies ou n’étant pas dans de bonnes conditions de culture ou encore dans des environnements dépourvus d’auxiliaires… Les situations aggravantes pour les plantes, mais dont raffolent les cochenilles, sont:

♧ la mauvaise circulation d’air,
♧ les températures élevées,
♧ et le manque d’humidité du sol.

C’est pour ces raisons que nous les retrouvons tout au long de l’année sur les plantes d’intérieur par exemple, ou principalement au printemps ou en automne sur les plantes situées en extérieur.

 

 

« Lutte » et mesures préventives

Je n’aime pas ce mot de « lutte » et vous me connaissez, je suis plutôt dans la prévention que dans le traitement curatif. Si l’attaque n’est pas trop importante, vous pouvez les laisser en place et exercer une surveillance sur les plantes incriminées. Les cochenilles comme d’autres animaux font partie du cycle naturel et possèdent donc un rôle écologique. ;)  De plus, comme je l’ai indiqué, c’est souvent sur des plantes déjà affaiblies, ou bien placées dans des mauvaises conditions de cultures, qu’elles font leur apparition. Vous pouvez alors déplacer la plante dans un endroit qui lui conviendra mieux et lui re-donner les moyens de se défendre. (substrat approprié, purin de consoude…)

♧ La première chose à faire est de limiter les dégâts grâce à un jet d’eau puissant en direction des parties infestée. Vous pourrez ensuite couper et supprimer les parties trop fortement atteintes ou retirer avec un coton imbibé d’alcool les cochenilles apparentes, notamment celles à bouclier, puisque ces dernières protègent les oeufs.

♧ D’un point de vue de jardinage holistique, observant une plante dans son ensemble et dans son contexte, je ne saurai que trop vous encourager à favoriser les auxiliaires dans votre jardin: coccinelles, chrysopes, syrphes, punaises par la présence de plantes hôtes des insectes (plantes fleuries productrices de pollen : phacélie, orties…) ou encore en leur aménageant des coins douillets (abris à insectes par exemple). Dans la même optique, il faut éviter les haies monospécifiques de fusains ou de plantes sensibles… et au contraire varier pour limiter les attaques! Observons la nature (qui se débrouille très bien sans nous) et recréons une biodiversité, des synergies et des complémentarités.

♧ Si ces premiers gestes ne suffisent pas, il existe une recette naturelle « anti cochenille » à base de savon noir. Il suffit de diluer environ 1 cuillère à soupe de savon noir liquide dans 1L d’eau, avec 1 cuillère à soupe d’huile végétale et d’alcool. Cette solution est ensuite pulvérisée sur les plantes atteintes 1 fois par jour (s’il ne pleut pas) pendant 1 semaine. Cette opération devra être renouvelée tous les 15 jours pendant plusieurs semaines pour contrer les nymphes qui n’auraient pas été touchées car les produits ne traversent pas les carapaces des cochenilles femelles.

 

Une autre solution consiste à vaporiser la plante avec du purin d’ortie, ce dernier étant à la fois insecticide et permettant de renforcer la plante.

 

Pour toutes les cochenilles: De par mon expérience, je sais que certaines plantes comme le clivia, la corne d’élan et d’autres plantes d’intérieur sur stipe ou en rosette peuvent présenter des cochenilles très difficiles, voire impossibles, à déloger… Ces bébêtes sont malines et vont se faufiler dans les endroits les plus serrés… Vous avez beau retirer celles qui sont apparentes, il en reste toujours suffisamment pour se reproduire parmi les « cachées » et créer de nouveaux cycles… Ma recommandation? Vérifiez bien les plantes que vous achetez ou que vous bouturez! Et si vous voyez la moindre suspicion de cochenille, ne la ramenez pas chez vous! Au mieux vous la mettrez en quarantaine et vous la sauverez… au pire vous infesterez vos autres végétaux… surtout s’il s’agit de plantes d’intérieur…

 

Bon jardinage !

+ d’infos :

www7.inra.fr/opie-insectes – insectes
aramel.free.fr – cochenilles
www.omafra.gov.on.ca- Kermès euonymus
www.adalia.be – Dossier-Cochenilles

 

70px blog vert citron

 

A propos de l'auteur

Je m’appelle Mélanie, green-girl et passionnée, je suis paysagiste-herbaliste et formatrice-coach en cosmétiques faits-maison. J'essaie de faire de l'écologie un art de vivre au quotidien, pour tous, selon une philosophie et une éthique en lesquelles je crois. Depuis 2010, à travers ce blog Vert-Citron et différents livres/magazines, je vous délivre des conseils et des astuces écolo-nomiques. J'anime des balades botaniques et des ateliers/formations sur les plantes : des cosmétiques faits-maison à l'entretien de la maison, de la saponification au maintien de la santé, du compostage à l'art d'aménager son jardin. Au plaisir d'échanger avec vous!


Vos plumes vertes

20 Réponses pour “Plantes & Indésirables: Bye Bye les cochenilles !”
  1. Jardinière en herbe je suis et cochenilles farineuses j’ai eu…sur une euphorbe mais le temps et le savon noir ont fait leur oeuvre ! Ton article est carrément fait pour moi ! Je prends tout et le conserve dans mes pages préférées :-) Merciii !!!

    • coucou,
      oui en extérieur, en pleine terre, bien installées et surtout entourées de biodiversités, les plantes résistent mieux ;)
      je vois que tu connais aussi le savon noir :)
      comme le vinaigre blanc, il sert à tout! hihi
      bisous!

  2. Pas bien ragoutant ces photos !! J’ai une plante d’intérieure qui a été recouverte de cochenilles à coquille… à bouclier je veux dire. J’ai passé toutes les fleurs et les tiges à l’huile de colza avec une feuille de « sopalin » pour bien les racler et des décoller et depuis je la laisse dehors sous les pluies diluviennes du moment pour se faire rincer ! J’ai fait ça un peu à l’instant, on verra si ça marche ! Sinon j’essayerai ta recette ;-)

    • coucou miss!
      c’est vrai que les cochenilles sont assez embêtantes en intérieur… ;) j’ai perdu quelques plantes comme çà
      Les mettre à l’extérieur sous la pluie après un petit nettoyage est assez efficace souvent!
      j’espère que vous n’avez pas eu trop de dégâts avec les pluies.
      bisous

  3. sophie dit :

    Intéressant bien documenté mais collant ;-)
    Je fais comme Aline et toi: aération et savon noir . Cette bestiole a sûrement son prédateur. Il faut peut-être chercher de ce côté aussi!

    • coucou sophie!
      hihi, oui un peu collant! :p
      l’aération est assez primordiale, je pense. sur mes plantes d’intérieur, j’ai déjà eu des vrais soucis alors que jamais en extérieur: mes fenêtres et balcons sont assez bien exposés au vent!

  4. Daniel Lys dit :

    Mais tout le monde a le droit de vivre ! Même les cochenilles. Oh, j’en connais qui ne vont pas être d’accord. Il est parfois plus simple de laisser faire la nature, quitte a sacrifier la plante. Oh que c’est dur !! mais si on veut recréer un équilibre, il faut parfois laisser faire les choses. C’est une alternative, mais je suis bien d’accord que ce n’est peut-être pas la meilleure et qu’elle coûte à notre affecte… c’était aussi pour dire que la lutte n’est pas forcément systématique.

    • coucou daniel!
      et oui! je te rejoins tout à fait! C’est pour cela que je mets « lutte » entre guillemets. C’est vrai que ton alternative est quand même assez radicale ;) En fait, je pense qu’on peut se le permettre uniquement dans un jardin où règne la biodiversité… En intérieur, je pense que c’est juste impossible: j’ai déjà contaminé d’autres plantes comme çà: on manque d’insectes auxiliaires, de vent et de pleine terre ;)
      Pour le cas de ce fusain que l’on m’a ramené… il est situé dans une cour si j’ai bien compris, en compagnie d’autres fusains…eux mêmes tous attaqués… bref: monospécificisme et manque d’aération sont à l’honneur…
      Mais de toute façon, avant que je ne dise quoi que ce soit, un traitement insecticide bien synthétique avait été appliqué… ce qui n’empêchera pas les œufs des femelles d’éclore…
      Dans ce cas, c’est effectivement tout le système qu’il faut repenser car ces pauvres fusains ne supporteront pas une telle attaque et se repassent les cochenilles entre eux…

  5. BRANGER dit :

    Pour ma part je travaille préventivement, mélange de purin d’ortie/consoude est performant. Au printemps sur l’ensemble de la végétation et le sol.La multitude d’espèces différentes (couleurs, odeurs,…). Laisser aussi à la plante le temps de se défendre comme pour les êtres humains.

    • Bonjour Denis,
      Je crois que vous avez tout résumé dans ce commentaire! :)
      Par contre, parfois, nous sommes « obligés » de réparer les erreurs que nous avons commises. La nature en elle-même sait se réguler. Mais en intérieur ou sur des plantes mal en points ou cultivées dans de mauvaises conditions: nous pourrons déplacer les plantes, leur redonner des forces… bref, leur redonner des conditions de culture plus en cohérence avec ce qu’elles demandent :)

  6. Helychrise dit :

    Ton article tombe à pic, je n’arrive pas à me défaire des cochenilles (floconneuses) de mes plantes d’appartement (et cela depuis un an).
    J’ai tout essayé (même le nettoyage à l’alcool des feuilles, l’infusion d’ortie, le vinaigre, etc), en vain….

    Merci pour ces conseils supplémentaires, je ne baisse pas les bras (non mais!).

    • C’est vrai que ces bébêtes sont vraiment tenaces!! sur certaines plantes d’intérieur je les laisse et je contrôle qu’elle ne prolifèrent pas plus… ces plantes je les éloigne des autres, ce serait bête que les cochenilles aillent chercher aussi des repas ailleurs! Et des fois, je les mets dehors sous la pluie!

  7. Catherine dit :

    Ce qui est difficile quand on a un végétal infesté de cochenilles, effectivement, c’est d’arriver à traiter partout. J’ai eu le cas une fois sur un viburnum. J’en ai profité pour le rabattre très sévèrement, ce qui a facilité le traitement et lui a permis de repartir de plus belle.

    Merci pour cet article très complet !

    • bonsoir catherine,
      Merci pour votre message et témoignage.
      oui, comme vous le dites, c’est difficile de traiter partout! Le problème c’est que le rabattage est souvent efficace mais… ne peut pas se réaliser sur toutes les plantes… en ce moment, j’ai un kentia envahi de cochenille farineuses… je vais attendre le printemps pour le sortir sur le balcon et le nettoyer avec la pluie. Car lui, pas moyen de le couper à la base ;)
      bonne soirée,
      à bientôt

  8. Dupdup dit :

    C’est toujours marrant de chercher des infos sur Google et de tomber sur ton site !! ;-)
    J’ai récupéré ma corne d’élan de Gaillard infestée de cochenilles à carapace, avant qu’elle ne meurt ; elle était chez mes parents !…J’ai écrasé les bébettes une à une et je l’ai mise pas trop loin de celle que j’avais à Paris et qui est en pleine santé et même un peu trop volumineuse !…! En espérant qu’elle ne la contamine pas !

    Bises

    • coucou dupdup !!! ouiiiiiiii! et bientôt ce serait bien de se revoir pour de vrai monsieur!
      les cornes d’élan que j’ai eu ont toujours été infestées de cochenilles et je crois bien qu’elles sont à chaque fois mortes « à cause » de ces petites bebetes voraces….
      tu me fais une bouture de corne d’élan ?!

  9. Paulette lucienne dit :

    Bonjour,
    Mes lupins et rosiers sont envahis de cochenilles , est ce que cela peut venir du fait que je recouvre le sol avec l herbe de tonte de la pelouse (pour limiter le désherbage) ?

    • Daniel LYS dit :

      Pas le moins du monde! il est favorable pour les rosiers et autres plantes d’ailleurs, d’être paillés. Juste avec 2 cm d’herbe fraîchement tondue, pus si elle est sèche. Le mélange savon noir/alcool/huile est efficace sur rosier. Pour les lupins, je ne sais pas trop, la plante étant plus herbacées. Faire un essai avant.

Vérifiez ce que d'autres disent à propos de cet article...

Trackbacks

  1. […] Qui dit plantes faciles ne dit pas non plus « plantes artificielles ». Et je me suis donc retrouvée avec un superbe philo qui au bout de quelques temps commençait à jaunir sérieusement et perdre ses feuilles… Hum hum… Je l’ai déplacé dans un endroit un peu plus illuminé mais tout pareil… J’ai mis moins d’eau…. idem. Alors, je me suis un peu plus penchée sur ses feuilles et … oh! les jolies cochenilles farineuses! Ces dernières devaient déjà être sur la plante lorsque je l’ai achetée (une des galères des jardineries) et après pour s’en débarrasser… c’est juste souvent impossible. Surtout en intérieur. Je vous laisse aller relire l’article que j’avais écris à ce sujet… […]



Vos plumes vertes

N'hésitez pas à partager vos avis et vos questions greens!