[Relais d’infos] Bloom – Dans quelle GMS achetez-vous votre poisson?

En novembre dernier, Vert-Citron et d’autres médias vous avaient révélé l‘étude choc de l’association scientifique Bloom à propos du squalène de requin dans les cosmétiques… Cette fois-ci leur nouvelle étude porte sur la responsabilité et les engagements pris par les Grandes et Moyennes Surfaces (six premiers distributeurs du secteur alimentaire en France : Carrefour, E.Leclerc, Intermarché, Auchan, Casino et Système U qui représentent 83% des GMS en France (et commercialisant du poisson frais). Les GMS représentent aussi la façon la plus commune pour les Français de faire leurs courses. Ce nouveau rapport pointe du doigt les pratiques de ces enseignes concernant la pêche profonde…

La pêche profonde et conséquences

[Extrait du site de bloom]: « Les océans profonds avaient été jusqu’ici épargnés des perturbations humaines mais ils sont dorénavant exploités à échelle industrielle, et ce depuis plus de 30 ans, alors qu’ils ne peuvent pas et ne devraient pas l’être, pour une raison simple : leurs caractéristiques biologiques ne le permettent pas. La faune profonde est caractérisée par une longévité extrême (bien souvent supérieure à 100 ans), une croissance lente, une maturité sexuelle et une reproduction tardives, une fécondité faible et une résilience globalement réduite : autrement dit, les poissons profonds sont les éléphants des océans. […] La pêche en eaux profondes met en jeu le monde de la rapidité contre celui de la lenteur, le profit à court terme réservé à quelques-uns contre le bénéfice à long terme pour tous. » […] « Le chalutage profond a été unanimement reconnu par la communauté scientifique comme une aberration écologique pourfendant tous les principes de préservation de l’environnement, de partage équitable du bien commun entre nations et comme un entorse au principe de précaution. Seul le fait que ces pêches soient apparues historiquement dans un contexte de béance juridique internationale et d’ignorance scientifique les a rendues légales, mais en aucun cas légitimes. Pour rappel, 1136 chercheurs ont signé en 2004 une pétition demandant à l’Assemblée Générale des Nations Unies un moratoire sur le chalutage profond. »

avant_apres_0.jpg

Rapport de Bloom

- Lire la méthodologie et la grille de notation de Bloom: www.bloomassociation.org – Classement_Supermarches_BLOOM

- BLOOM a évalué la politique générale présidant aux achats de poissons des six principaux groupes de distribution alimentaire vus ci-dessus ainsi que leur approvisionnement spécifique en poissons profonds, issus de pêches particulièrement destructrices et non durables. Relevés de terrain, questionnaires et entretiens ont complété la revue exhaustive par BLOOM de la documentation publiquement accessible.

bloom-peche-responsable-gms.jpg

La conclusion de cette enquête menée sur cinq mois est qu’aucune enseigne ne satisfait entièrement les critères d’évaluation de BLOOM. «Alors que les trois quarts du poisson frais en France est acheté en grandes et moyennes surfaces,il est un peu effrayant de voir que la moitié des enseignes que nous avons évaluées ont des politiques d’approvisionnement faibles ou carrément inexistantes» renchérit Victoire Guillonneau

Retrouvez l’appel de Bloom au président de la république: « appel sur la pêche en eaux profondes en pleine page du journal Le Monde daté du 9 juin » pour le soutien de la proposition de la Commission européenne d’interdire le chalutage profond en Europe. La question est actuellement en cours de négociation à Bruxelles.

LeMonde_8-juin-2013_1.png

Recommandations de BLOOM et de Vert.Citron

– « Avec notre classement, c’est très simple : quand vous avez le choix entre plusieurs enseignes, il faut sans hésiter privilégier Casino ou Carrefour à Intermarché ou Leclerc » s’exclame la fondatrice de BLOOM Claire Nouvian,qui insiste sur la totale indépendance financière de l’association vis-à-vis de tous les acteurs de la grande distribution.

- Si vous le pouvez, il faut aussi préférer les ventes « directes » auprès de votre poissonier préféré qui devrait vous répondre plus facilement sur la provenance de son poisson.

- Ne pas consommer et acheter les poissons suivants: Aiguillat noir, Sabre noir, Grande argentine, Béryx, Grenadier de roche, Hoplostète orange « Empereur », Lingue bleue, Mostelle de fond, Holbiches, Squale chagrin, Squale liche, Sagre rude, Sagre commun, Chien espagnol, Chien islandais, Pailona à long nez, Requin grogneur, Requin griset,Requin lézard, Requin du Groenland, Requin portugais, Humantin

- Méfiez-vous du greenwashing de la pêche ‘durable’ chez Intermarché (ou autre): (source: bloom)
« L’étude de BLOOM révèle aussi que les marques les plus engagées dans la mise en œuvre de politiques respectueuses de l’environnement, Casino, Carrefour et Système U, communiquent très peu sur leur démarche, à l’inverse d’Intermarché, qui matraque les Français avec une opération publicitaire nationale destinée à « noyer le poisson » sur ses pratiques de pêche destructives et… à prendre des parts de marché à la concurrence.

« Le label « pêche responsable » développé par Intermarché à propos de leur flotte de pêche fait état de pratiques vertueuses incluant le respect des ressources naturelles et de l’environnement ainsi que la protection de la faune marine. Intermarché a même déployé une campagne publicitaire affirmant au consommateur qu’il pouvait « savourer sans l’ombre d’un doute> et pour longtemps encore ! » des poissons pourtant issus de pratiques de pêche dénoncées par les chercheurs, les ONG et l’opinion publique comme parmi les plus destructrices au monde.

Intermarché se défend d’avoir créé un label mais une « reconnaissance ». Cela permet en effet d’opérer un habile glissement sémantique consistant à substituer un concept précis et exigeant (« pêche durable ») pour un autre, flou et sans aucune référence autre que subjective et privée (« pêche responsable »). Ce choix des mots permet de produire une confusion bénéfique avec « durable » dans l’esprit des consommateurs non experts. BLOOM a porté plainte contre cette publicité mensongère, et gagné. »

bloom-peche-responsable-gms2.jpg

En savoir plus sur l’association Bloom: www.bloomassociation.org

by vert citron signature

Bloom: l’étude choc : Squalane de requins & cosmétiques

logo bloom.pngCette étude est déjà relayée sur de nombreux sites verts, comme sur le mur FB de la Slow Cosmétique, mais je me permets, de vous la diffuser ici aussi… et bien sûr n’hésitez pas à faire partager si celle-ci vous parle… Mi novembre je reçus un mail d’un membre de  l’association Bloom que je ne connaissais encore pas… Le titre de ce message était « Article Santé/Beauté sur les composants marins dans les cosmétiques » et un des paragraphes était: « Nous allons publier mercredi 21 Novembre une étude exclusive sur certains des composants marins utilisés dans la fabrication de cosmétiques et qui est de nature à intéresser vos lecteurs« . Quand j’ai répondu à ce message pour en savoir un peu plus sur la nature de l’étude, la chargée de communication m’a dit que cette étude était encore confidentielle et qu’elle me la ferait parvenir le jour venu…

L’association Bloom

« Fondée en 2005 par  Claire Nouvian, BLOOM est une association de loi 1901 à but non lucratif qui œuvre pour la conservation marine à travers une démarche de sensibilisation et de médiation scientifique des problématiques environnementales, la production d’études scientifiques et d’analyses pertinentes et indépendantes, ainsi que par la participation à des consultations publiques et des processus institutionnels. Ses actions s’adressent au grand public ainsi qu’aux décideurs politiques et aux acteurs économiques. » Petite Association de protection de l’environnement marin mais très active, elle est reconnue dans le monde scientifique, institutionnel et académique, tant en France qu’à l’international. Elle participe aussi au Grenelle de la Mer. Elle se base sur 4 grands axes aussi bien écologiques que socio-économiques:

1. Créer et/ou adapter les lois et les pratiques privées/industrielles face à l’urgence du contexte environnemental, humain et économique

2. Changer les pratiques de consommation des citoyens

3. Éduquer le public, les enfants, les futurs décideurs

4. Mener une recherche indépendante et contradictoire

Lire plus…

Buzz sur la cosméto maison: lettre de S.Hampikian

imgp1315.jpgRappelez-vous du « coup de gueule » ou billet d’humeur de L. Clerc sur la Cosméto maison, visibles entre autres sur le forum des Céphées et sur le site du magazine… C’était en novembre dernier…. (Je vous invite aussi à lire le droit de réponse de « L’essentiel de Julien » sur FB qui pose de bonnes questions…et qui remet la balle au centre : Le magazine votre beaute fait le buzz en vexant les fans de la cosmétique maison). Je relaie aujourd’hui la lettre de Sylvie Hampikian, experte pharmacotoxicologue à ce propos.

Lire plus…