Seine et Sauve – Peut-on se baigner dans la Seine à Paris?

16 mars 2012 par  
Classé dans Relais, Reportages vidéo

seine-et-sauve2.jpgIl y’a quelques temps Vert.Citron reçu ce mail:  « Bonjour, Juste un petit courriel afin de vous informer de la diffusion prochaine de Seine et sauve, un documentaire sur la qualité de l’eau de la Seine. Il sera diffusé partir du 16 mars 2012 sur la webtv d’Universcience à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau le 22 mars 2012. Je vous joints le lien vers le teaser. N’hésitez pas à me contacter pour plus d’informations, si le sujet vous intéresse. Bien cordialement, Jérémy L. »

seine-et-sauve.jpg

Peut-on se baigner dans la Seine?

Effectivement, le sujet m’a interpellé et moi qui n’arrête pas de dire à mon cher papa que l’eau de la Seine s’est bien améliorée et qu’on y retrouve même des saumons….cela va être l’occasion de vérifier tous mes dires!

J’ai donc répondu à M.Jérémy et il m’en appris un peu plus: « Bonjour et merci pour votre courriel.Vous trouverez ci joints quelques documents répondant à la plupart de vos questions…Le film a été produit et réalisé par notre société (à l’époque encore association) Les Récréateurs. L’idée est partie d’une question toute simple : Peut on se baigner dans la Seine en Ile de France ? Question sur laquelle nous avions une opinion bien tranchée. Et nous avons revu notre position au fur et mesure de la réalisation du film.Le documentaire a été réalisé en 2007, et il poursuit sa petite vie depuis.Il sera diffusé sur une des plus importantes webtv, universciencetv.fr à partir du 16 mars. Ce qui constitue un nouveau moyen de faire parler du sujet. »

A partir du 16 mars prochain et pendant 5 semaines, sur http://www.universcience.tv/, retrouvez ce documentaire d’1 heure environ et qui vous en dira un peu plus sur la qualité de la Seine… Supense!! Il vous suffit d’aller dans la rubrique « Au programme cette semaine » puis d’aller à « La case documentaire ».


Seine et sauve par recreateurs

Peut-on se baigner dans la Seine en Ile de France?

Unanimement, les franciliens répondent « Non ! » à cette question.

À quoi peut-on attribuer cette réponse ? Peur de la pollution, du courant ou du trafic fluvial, d’hypothétiques monstres aquatiques ou, plus prosaïquement, de la police ? Jusque vers le milieu du vingtième siècle, c’est sans inquiétude que bon nombre de parisiens et banlieusards se baignaient dans la Seine, dans des plages surveillées alors appelées « piscines ».
Il est aujourd’hui interdit de se baigner dans le fleuve, mais Paris-Plage, la recrudescence de baigneurs « hors-la-loi » et le grand nombre d’activités nautiques (Canoë-kayak, ski nautique…) sont autant de symptômes d’une envie de revenir à cette époque. Ces constats posent un certain nombre de questions :
– Dans quelle mesure était- il moins risqué de se baigner à cette époque ?
– Quelle a été l’évolution de l’état du fleuve au cours du siècle dernier ?
– Que changerait dans la vie des gens la possibilité de se baigner dans la Seine ? Et quelle place cela prenait-il quand c’était permis ?
Des personnes travaillant quotidiennement au contact du fleuve pourront apporter des éléments de réponse à ces interrogations… Les membres de la brigade de police fluviale ou les pompiers de Paris ont une expérience concrète de la Seine et des risques qui s’y rattachent. Des scientifiques tentent d’évaluer la qualité de l’eau de la Seine tout au long de son cours ainsi que les risques sur la santé de s’y baigner. Du discours de Jacques Chirac promettant de se baigner dans la Seine en 2000 à celui tenu par l’actuelle mairie de Paris, la Seine est au coeur des préoccupations des villes qu’elle traverse. Quelles ont été les mesures effectivement prises en vue de l’assainissement des eaux du fleuve ? Entre les pollueurs potentiels (industries) et les lobbies luttant pour l’amélioration de la qualité de l’eau de la Seine, à qui incombe la responsabilité du fleuve ? Alors que Paris-Plage semble s’être fait l’écho d’une véritable envie et que de nombreuses villes européennes montrent déjà l’exemple, sera-t-il un jour possible de se baigner face à Notre Dame ou à la Tour Eiffel ?

Un film de Jérémy Lavalaye, Aymeric Barbary, Julien Potart, Clément Follain & Fabien Rivenet
Produit par les Récréateurs – Durée : 26 min.
Tournage : Août / Septembre 2006 – Sortie : fin 2006
Diffusion : festivals, pourparlers avec France 2 et Arte

Synopsis:

Ce documentaire raconte comment la relation qui unissait la Seine (et l’ensemble de ses affluents : son « bassin versant ») aux Franciliens s’est dégradée au cours des deux derniers siècles. En effet, si les habitants d’Île-de-France ont longtemps tiré avantage de la proximité du fleuve, après en avoir abusé et l’avoir détérioré, ils l’ont finalement délaissé. La situation, devenue catastrophique dans la seconde moitié du 20e siècle, a conduit les pouvoirs publics à réagir et à mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour restaurer un état « sain » du fleuve.
L’eau du fleuve a toujours servi pour les usages courants : la consommation, l’hygiène, la pêche… Il est à noter qu’encore aujourd’hui, la plus grande partie de l’eau potable consommée en Île-de-France provient des eaux de surface (Seine, Marne…). De même, jusqu’au milieu du 20e siècle, il était encore fréquent de voir des Franciliens se baigner dans la Seine ou dans la Marne.

La Seine et ses riverains au cours de l’histoire
Depuis que l’Homme a colonisé les rives des fleuves (qu’il s’agisse de la Seine ou d’un autre), il les a modelées à sa convenance : en agençant et en cultivant les terres arables, en creusant des canaux pour leur irrigation, en aménageant des étangs pour l’alimentation de moulins à eau… Plus tard, afin de rendre la Seine navigable en toute saison, il construisit des barrages afin de stabiliser le niveau des eaux du fleuve et de réguler son débit (et ainsi éviter les crues et les étiages).

seine-et-sauve2.jpg

Histoire de la Seine

Premières grandes détériorations durant la seconde moitié du 19e siècle
Le développement industriel et l’urbanisation rapides du bassin parisien furent à l’origine d’une dégradation rapide de l’état écologique de la Seine dans la seconde moitié du 19e siècle. Le réseau d’égouts (qui ne servait initialement qu’à évacuer les eaux usées en les épandant en dehors de Paris) se complète petit à petit sous l’impulsion du préfet Haussmann et de l’ingénieur Belgrand, mais reste encore insuffisant. De nombreux rejets ou déverses sauvages d’eaux non traitées charrient jusqu’au fleuve une quantité importante d’agents polluants. Parallèlement, c’est aussi à cette période que naissent les premières méthodes scientifiques d’études de la qualité de l’eau (dues à des chimistes comme Schutzenberger ou Mille).

Naissance d’un mythe : la Seine idyllique
À cette époque, l’état du fleuve se détériore à vue d’oeil (les eaux sont sales, encombrées de débris, recouvertes de mousses…) et à « vue de nez » (elles dégagent littéralement une puanteur pestilentielle). Cette dégradation se traduit notamment par la diminution radicale du nombre de poissons (tant en termes de quantité « brute » qu’en nombre d’espèces), qui conduit à la faillite les pêcheurs professionnels qui en vivaient jusqu’alors. Les guinguettes et autres restaurants implantés en bord de Seine et de Marne vont presque tous fermer les uns après les autres. C’est  pourtant cette période, la fin de 19e siècle, qui sert de référence dans l’inconscient collectif, lorsqu’il s’agit d’évoquer un état « propre » ou « originel » du fleuve. Pourquoi ? Parce qu’à cette époque, les artistes, et notamment les impressionnistes, montrent la Seine sous un jour idyllique : scènes de baignades et de canotage, guinguettes, Seine bleu azur dans laquelle on peut voir la prolifération de la vie aquatique…

Une situation critique à la fin du 20e siècle
La situation ne va qu’empirer par la suite, jusqu’à atteindre son paroxysme à la fin des années 1970. Les Franciliens (qui sont les premiers responsables de cet état de fait) tournent progressivement le dos à leurs fleuves. Suite au vote de différentes lois et directives européennes sur l’eau (notamment la première loi sur l’eau datant de 1964 et instituant six Agences de l’eau sur l’ensemble du territoire), l’état de la Seine va réussir à revenir à un niveau équivalent à ce qu’elle était à la fin du 19e siècle.

La Seine et les franciliens : la redécouverte
Aujourd’hui, on assiste à une reprise du dialogue entre les citoyens et le fleuve. Que ce soit de manière officielle, au sein de manifestation comme le Festival de l’Oh ! (dans le Val-de-Marne) et Paris Plage, ou, au contraire, de façon « clandestine » au cours de baignades sauvages. Si aujourd’hui, de l’avis quasi-unanime de la communauté scientifique, un baigneur occasionnel en Seine ne prend quasiment aucun risque sur le plan sanitaire (le trafic fluvial serait bien plus préoccupant), sur le plan légal, cette pratique est toujours interdite.

Le lien vers le site des Récréateurs: http://recreateurs.fr/seine-et-sauve2/

Contacts:  Agence Les Récréateurs – 23, rue de la Mairie – 94290 Villeneuve-le-Roi – 01.49.61.33.91 – 06.64.30.75.26 – j.lavalaye@recreateurs.fr


70px blog vert citron

A propos de l'auteur

Je m’appelle Mélanie, green-girl et passionnée, je suis paysagiste-herbaliste et formatrice-coach en cosmétiques faits-maison. J'essaie de faire de l'écologie un art de vivre au quotidien, pour tous, selon une philosophie et une éthique en lesquelles je crois. Depuis 2010, à travers ce blog Vert-Citron et différents livres/magazines, je vous délivre des conseils et des astuces écolo-nomiques. J'anime des balades botaniques et des ateliers/formations sur les plantes : des cosmétiques faits-maison à l'entretien de la maison, de la saponification au maintien de la santé, du compostage à l'art d'aménager son jardin. Au plaisir d'échanger avec vous!


Vos plumes vertes

5 Réponses pour “Seine et Sauve – Peut-on se baigner dans la Seine à Paris?”
  1. Chris dit :

    En juin l’année dernière, je suis allée avec des amis du côté de Moret sur Loing en Seine-et-Marne, il faisait extrêmement chaud. Un de mes amis se baignait là-bas dans les années 60, et nous a
    mis au défi de nous jeter à l’eau. Outre le fait qu’on n’avait pas vraiment prévu le maillot de bain, j’étais plutôt sceptique. Mais on y est allé et ça a été un régal !!

  2. Urban dit :

    C’est vrai que j’ai lu depuis quelques années que la qualité des eaux de la Seine s’améliorait ;) je vais mettre ton lien de côté , je vais surement regarder la vidéo en fin de soirée .

    Bon dimanche Bise :*

  3. Viou62 dit :

    Voici un article tres interessant comme d’habitude meme si tu n’as fais que reprendre le texte des documents que l’on t’a envoyes, merci pour toutes ces infos.

    Bonne semaine, bises

  4. nessa dit :

    super article merci pour ces infos :)   bon je vais aller voir mais de toute façon mon loulou a des boutons dès qu’il utilise un gel douche non bio alors la Seine … ça va éruptionner lol
     super ton article sur le silicone la question c’est comment az va réagir s’ils lisent ton article ça me fait penser à hier à la foire bio autrement à Vincennes, j’ai demandé en quel
    plastique était des petites bougies flottantes (made in France écrit en gros dessus)  parce qu’on sait que certains plastiques surtout à la chaleur émettent des phtalates … et bein j’en ai
    pris plein la poire car soit disant je lui ai fait perdre des clientes; évidemment il ne savait pas en quoi était fait son produit; je me suis même sentie obligée de lui acheter des bougies!
     bon on s’est bien amusé avec loulou on a fait des bougies flottantes dans des oranges et pamplemousses mais je sais pas si c’est bien écolo, je ferais un article dessus d’ailleurs
     bizzz belle soirée

  5. vert.citron dit :

    oh ben s’ils le prennent mal…c’est qu’ils auront qqch a se reprocher! sinon, ils modifieront leur fiche!

    oui c’est pas parce que c’est fabriqué en france que c’est forcement garanti sans risque! d’ailleurs: pour   quelles raisons: ne connaissent-ils pas les composants tes vendeurs de
    bougies?! et puis s’ils avaient vraiment perdu des clients c’est qu’il y’avait une raison…sinon ils auraient pu defendre leurs produits! j’attends ton article! j’ai hate d’en savoir plus!

     

    bises!!

Vos plumes vertes

N'hésitez pas à partager vos avis et vos questions greens!