Tout, tout, vous saurez tout sur les boutures

 P1130245.JPGEmilie aimerait bouturer quelques unes de ses plantes et m’a posé quelques questions que je vous transmets aussi dans cet article… Le bouturage est très intéressant pour reproduire à moindre frais une plante qu’on cherit ou qui est dépérissante. Selon les méthodes et les plantes, cela demande plus ou moins d’attention.

0. E: A quelle période de l’année peut-on faire une bouture ?

V.C. : Tout dépend de la plante et de sa constitution! On peut retenir, en règle générale:

- toute l’année: certaines plantes, notamment dites d’intérieur, comme les ficus ou les misères, les chlorophytums ou pothos… peuvent être bouturées toute l’année et ne sont pas difficiles!
fin du printemps: les rameaux de l’année: pousse herbacée ou bois tendre, extrémité de rameaux
- été: rameaux dits semi-aoutés, qui sont un peu moins tendres mais pas encore ligneux, comme les geraniums, certains arbustes persistans, le fuschia…
- Automne, avant les gelées: rameaux de bois secs, notamment pour les arbres et arbustes caducs.

1. E: Comment savoir si on peut bouturer une plante ou non ?

V.C. : Pour cela, il vaut mieux se référer aux encyclopédies de plantes! Il faut connaitre la plante et son mode (ou non) de bouturage: on ne peut pas dire, seulement en visualisant une plante et en ne la connaissant pas si on pourra la bouturer ou pas. Par la suite, tout est possible et si on est curieurx: les tests sont de mise! Peut-être de bonnes surprises au bout du compte?! Néanmoins, mieux vaut se renseigner avant: car on sait que certaines plantes ne se boutureront pas mais pourront se diviser par exemple (qui peut être considéré comme une sorte de bouturage),…etc.

 boutures-ficus.jpg

2. E: Quelle partie de la plante doit-on prélever pour réaliser une bouture ?

V.C. : Cf question suivante: cela dépend de la technique de bouturage! 

 

3. E: Quelles sont les différentes techniques de bouturage ? et Quelle technique pour quel type de plante ?

  • Le bouturage classique (la majorité des plantes)
  1. - Choisissez une bouture saine, vigoureuse et sans fleur.
  2. - Coupez un rameau terminal d’une quinzaine de centimètres avec un outil affuté et désinfecté au dessus d’un noeud
  3. - Supprimez les feuilles et les pousses latérales en grande majorité, ne conserver que la partie haute du rameau. Coupez de moitié les feuilles conservées.
  4. - Si vous avez de la poudre d’hormone pour bouturage, vous pouvez l’utiliser. Personnellement, je ne l’ai jamais fait… (c’est peut être pour cela que je rate inexorablement mes boutures de rosiers! ^^ )
  5. - Plantez la bouture dans un terreau spécial bouturage ou un mélange de terreau assez léger et arroser copieusement
  6. - Veiller à ne pas laisser sécher la bouture ou à la faire pourrir. La gestion de l’eau est primordiale! :D
  7. - Vous savez que votre bouture a repris…lorsqu’elle aura fait de nouvelles pousses!

  • Marcottage simple (Par exemple pour le jasmin d’hiver) (il existe aussi le marcottage aérien)
  1. - Prendre une branche saine et vigoureuse et relativement grande. (Ne pas la couper!)
  2. - La plier et la rabattre au sol. l’extrémité du rameau est libre
  3. - La partie qui touche le sol doit être légèrement enterrée
  4. - Vous pourrez séparer cette branche du pied mère et transplanter ce nouveau rameau lorsqu’il aura fait des racines!

 

Lien: http://www.gerbeaud.com/marcottage

  • Stolons (Cas particulier de marcottage: fraises, chlorophytums…etc. Plantes qui se bouturent seules dans la nature!)
  1. - Soit, vous prenez un stolon deja bien formé, vous le coupez et le replantez directement.
  2. - Soit, la plantule est encore assez faible, dans ce cas, utilisez la technique du marcottage.

  • Verre d’eau (beaucoup de plantes ditesd’intérieur: ficus, misères, pothos, chlorophytums…)
  1. - Choisissez une bouture saine, vigoureuse et sans fleur.
  2. - Coupez un rameau terminal d’une dizaine de centimètres avec un outil affuté et désinfecté au dessus d’un noeud
  3. - Supprimez les feuilles et les pousses latérales en grande majorité, ne conserver que la partie haute du rameau. (qui ne sera pas en contact avec l’eau) Coupez de moitié les feuilles
    conservées.
  4. - Placez la bouture dans un verre d’eau. Veillez à changer l’eau tous les 2/3 jours. Placez le verre dans un endroit lumineux mais pas de soleil direct.
  5. - Guettez les nouvelles racines!
  6. - Replanter dans un pot (ne pas laisser sécher mais pas détrempé non plus) lorsque les radicelles sont suffisamment fortes (quelques centimètres)

 P1130245.JPG

  • Cas particulier du papyrus bouturé dans l’eau
  1. - Coupez une tige saine de votre papyrus
  2. - Rabattre de moitié voire d’un tiers ses feuilles et d’1/3 sa tige
  3. - Lui mettre la « tête à l’envers » dans un verre d’eau!
  4. - Il va refaire à la fois des racines et … des nouvelles pousses!

 

Lien: http://www.gerbeaud.com/jpapyrus_bouturage

  • Le bouturage des feuilles (saintpaulia par exemple)
  1. - Prélevez une feuille saine
  2. - Planter le pétiole en terre jusqu’à la base du limbe
  3. - Maintenez humide mais pas détrempé: ces feuilles sont sujettes à la pourriture!
  4. - Transplantez quand des petites pousses font leur apparition à la jonction du pétiole, du limbe et de la terre!

 

Lien: http://www.rustica.fr/bouturer-saintpaulia

  • Autres techniques:
  1. - Bouturage à la volée de fragments de sédums (comme si on semait du gazon!) , on peut aussi les planter afin d’être sûr de la reprise
  2. - Bouturage de morceaux de feuilles plantés directement en terre: schlumbergera, sedum spectabile…
  3. - Bouturage de fragments de racines
  4. - Bouturage des yeux
  5. - Bouturage en plançon: par exemple une tige de saule que vous replantez telle quelle en terre.
  6. - …etc

5.Combien de temps s’écoule avant que les racines pointent le bout de leur net ?

V.C. : Encore une fois, pas de réponse précise! Tout dépend de la saison, de la plante…etc! 2 exemples très simples à bouturer: ficus allii et ficus deltoidea.

Selon la saison: ficus allii bouturé dans l’eau en hiver: mettra 2 fois plus de temps à sortir des racines que ficus allii bouturé dans l’eau au début du printemps!

Selon l’espèce: ficus allii et ficus deltoidea, bouturés en même temps dans l’eau dans le meme verre: ficus allii est 4 fois plus rapide à produire des racines! Ce point, tu peux le deviner assez facilement: dans le même contexte: le ficus deltoidea possède une croissance beaucoup plus lente que le ficus allii. Sa bouture… est plus lente aussi! ;)

Quelques liens intéressants complémentaires avec quelques croquis et photos:

- http://www.rustica.fr/bouturer vivaces plantes et arbustes

- http://www.jardinoise.com/

- http://www.fairesonjardin.fr/techniques du bouturage

- http://www.1jardin2plantes.info/bouture techniques

- http://www.greenpouce.com/bouturage

 70px blog vert citron

A propos de l'auteur

Je m’appelle Mélanie, green-girl et passionnée, je suis paysagiste-herbaliste et formatrice-coach en cosmétiques faits-maison. J'essaie de faire de l'écologie un art de vivre au quotidien, pour tous, selon une philosophie et une éthique en lesquelles je crois. Depuis 2010, à travers ce blog Vert-Citron et différents livres/magazines, je vous délivre des conseils et des astuces écolo-nomiques. J'anime des balades botaniques et des ateliers/formations sur les plantes : des cosmétiques faits-maison à l'entretien de la maison, de la saponification au maintien de la santé, du compostage à l'art d'aménager son jardin. Au plaisir d'échanger avec vous!


Vos plumes vertes

8 Réponses pour “Tout, tout, vous saurez tout sur les boutures”
  1. Urban dit :

    Je crois que tu peux aussi faire germer sur du coton humide , je faisais ça en primaire …des iris et l’avocat ça marche ;)

    Bonne fin de soirée Bise :*

  2. nessa dit :

    ah hh super cet article !! moi je suis entrain de refaire notre haie , la bouture ça met trop de temps à mon goût hihi  pour cahcger mes gambettes quand je vais bonze dans le jardin cet été
    :)  biensûr ça serait super que tu viennes :) j’ai d’ailleurs proposer à Ava qui n’a pas d’enfants mais qui adore la peinture de prendre la poudre d’escampette sur les hauteurs de
    Fontainebleau :)  bizzz@+

  3. Elie dit :

    Très bien expliquer, bravo et merci pour les liens!

    Bon vent à tes boutures!

    Bises et belle journée!

  4. Marie dit :

    j’adimre… je n’ai pas a patience !

  5. nessa dit :

    oui et on peut participer à des trocs apres ;-)  je viens d’en rater un pres de chez moi, j’vais vu l’affiche mais rien noté .je prepare mes pots et plantes …et puis je ne retouve plus
    l’info nulle part, mairie , net ….argg j’étai un peu énervée lol   bizz

  6. Pascaline dit :

    Bonjour,

    Bel article pour survoler l’essentiel de la bouture.

    C’est en forgeant que l’on devient forgeron et avec de l’experience, en voyant une plante on devine comment la multiplier. Mais pour cela, des années d’entraînement sont nécessaires !!!

    J’ajoute qu’il est très plaisant d’échanger les plants obtenus ainsi gratuitement aux différents trocs et échanges en ligne et même en faire cadeau.

    Autre point : utiliser des contenants de récupération (comme sur la photo) contribue à réduire son impact sur l’environnement ! Des pots de yaourt, de petits suisse, des boites d’oeufs et même
    des coquilles d’oeufs peuvent contenir les boutures avant repiquage ou troc !

    C’est une experience très enrichissante et on devient vite accros !!!

  7. Bbuissonniere dit :

    Cet article m’a bien plu aussi. Je decouvre ce blog… va-t-il passer dans mes favoris ! je tente encore un petit tour avant d’être totalement sure de moi !

  8. vert.citron dit :

    hih, cet article est inspiré par une internaute qui m’avait posé ses questions! et c’est vrai qu’elles reviennent souvent ces questions!

    bonne journée!

Vos plumes vertes

N'hésitez pas à partager vos avis et vos questions greens!