Week-end botanique aux Karellis – Herbalisme 1ère année

Les 7 et 8 juin 2014, j’ai passé un très agréable week end dans les Alpes. Non pas à randonner mais à rencontrer des personnes partageant la même passion pour les plantes, à observer les herbacées nous entourant et à profiter d’un magnifique paysage et d’une météo placée au beau fixe… C’était mon premier week end botanique, organisé par l’ELPM, où j’étais accompagnée de tous les élèves de 1ère année de Lyon et de ceux par correspondance.

Un peu plus de 100 élèves de 1ère année d’herbaliste étaient réunis pour ce week end aux Karellis (73)… 120 élèves, cela montre l’engouement pour l’herboristerie mais c’est aussi un peu trop pour un seul week end… nous ne pouvons pas correctement faire connaissance entre nous, notamment pour les personnes qui, comme moi, sont par correspondance le reste de l’année…

Vue depuis les hauteurs des Karellis

D’après les quelques échanges que j’ai pu avoir, diverses motivations amènent ces élèves à suivre cette formation. Nous retrouvons des animateurs nature qui complètent leur formation initiale, des initiatives personnelles « pour soi », des producteurs-cueilleurs, des personnes en reconversion, des naturopathes, des instituteurs…etc. J’ai même rencontré une élève ayant fait le même petit bts horticole-paysager que moi en lorraine… Les coïncidences…

Spéciales dédicaces à ma colocatrice de chambre: Céline et à Marion avec qui j’ai beaucoup sympathisé, pisteur secouriste débordante d’énergie.

Le samedi soir nous avons eu droit à des petites conférences de certains accompagnateurs:
Cathy nous a parlé du réseau HSF (Herboristes sans Frontières). Je suis fan de sa bonne humeur naturelle et de son entrain!
Christine nous a fait part de son sujet de mémoire sur les physalis
Sabine a fait l’éloge d’un arbre de sa région: le mélèze
Dja nous a raconté son dernier voyage botanique
Mathieu s’est concentré sur la symbiose et l’importance de recréer des liens, ne plus être un parasite pour la nature.
Tiphaine, productrice d’hydrolats, s’est penchée sur ses derniers, et notamment sur les hydrolats de plantes non aromatiques, comme le plantain, l’ortie, l’achillée…

Sommaire

Cet article riche en photos étant assez long, je vous propose de naviguer comme bon vous semble à l’aide des liens cliquables du sommaire ci-dessous :
✽ La montagne, les paysages et encore la montagne
Les sorties botaniques
Les clés de détermination
Les surprises végétales – Les secrets de Sabine

La montagne, les paysages et encore la montagne

Parce que je me sens « chez moi » dans les montagnes et parce qu’à chaque fois, à leur vue, une émotion s’installe, je n’ai pas pu m’empêcher de prendre de nombreuses photos du paysage environnant, des lignes de crêtes et de la fameuse Croix des Têtes (d’après ma chère Marion) que nous apercevions très bien depuis les Karellis.

Après avoir passé une courte nuit dans le train, les montagnes apparaissent et font presque oublier la fatigue! Paris est loin derrière, je pense avec bonheur à mon week end qui se profile

Le mélèze est présent partout dans cette région, son feuillage vert tendre est bien reconnaissable

Austère, imposante et très découpée, la « croix des têtes » est juste superbe

La Croix des Têtes culmine à 2 492 mètres d’altitude.
Sa face Est est la plus haute falaise calcaire de France

Les routes paisibles de montagne et les superbes tableaux…

Soleil, lac, montagne et week end au milieu des plantes… le bonheur…

La Croix des Têtes, encore et toujours… ;)

Vallon et immense saut de loup…
Contraste entre les sommets enneigés et les prairies illuminées par les pissenlits

Fin du séjour et retour à la gare de Saint Jean de Maurienne… il fait chaud, très chaud!
C’est quand même plus sympa une gare au milieu des montagnes qu’au milieu des murs gris…

 

⇈ Retour en haut

Les sorties botaniques

Au vu de notre grand nombre, nous avons été divisés en plusieurs groupes. Nous avons changé d’intervenants à chaque demi-journée. Pour ma part, j’ai pu être accompagnée de Sabine Pasquier, Tiphaine Deschaux-Ales et Christine Casiez. Les autres accompagnateurs étaient Rita & Georges Renaud, Frédéric Pautz, Cathy Skipper, Mathieu Rulière.

1er matin: Répartition des groupes sur les flancs de la montagne

Où sont passées les collègues?!

Les voilà! une loupe de botaniste dans une main et une fleur dans l’autre…

Tiphaine, entre sa danse des Fabacées et ses mimiques à la Foresty… sûre que je retiendrai ses propos! ;) Elle nous a aussi dévoilé une de ses tisanes qu’il faut que j’expérimente : Aspérule + Lotier corniculé + Aubépine. Pour l’irritabilité, le stress, le vague à l’âme le « j’sais pas c’que j’ai mais j’vais pas bien »

Sabine ou l’enfant du pays… Elle nous a confié quelques un de ses secrets…chut
(voir plus bas)

Pause déjeuner bien méritée à l’ombre !
Le centre nous avait préparé un panier repas bien garni en pensant aux végétariens et aux sans gluten… ;)

 

⇈ Retour en haut

Les clés de détermination

Quelques clichés de plantes que nous avons vu sur site et que nous avons appris à déterminer en petits groupes. La détermination est très sympathique à pratiquer… à plusieurs. ;) Seul(e), je pense qu’il peut être très facile de se tromper et c’est surtout beaucoup moins ludique!

Ornithogalum umbellatum – Dame de Onze Heures
Je m’en souviendrais particulièrement bien pour plusieurs raisons:
– ce fut la première que nous avons déterminé
– sa forme en étoile fine et élégante est reconnaissable
– c’est aussi la bien nommée Star of Bethlehem pour les fleurs de Bach…

Lotus corniculatus
A ne pas confondre avec d’autres espèces: 3 folioles et 2 stipules. Plante calmante et très douce, le lotier corniculé est utilisé contre la plupart des états nerveux et spasmodiques. Il permet de calmer les sensations d’énervement, les palpitations et tous les états incontrôlables tout en conservant l’esprit clair.

Myosotis sylvatica
Je crois que je suis une grande fan de toutes les boraginacées,
de leurs cymes scorpioides et de leurs couleurs à tomber…

Le saviez-vous?
Les fleurs à pétales bleus et cœur blanc ont déjà été fécondées.
Les bleues à cœur jaunes sont matures mais n’ont pas été fécondées.
Les mauves ne sont pas encore matures… ;)

Plantago media – Plantain moyen
Le plantain fait partie de ces plantes généreuses. Il est notamment anti-histaminique, antiseptique, anti-inflammatoire. Il calme les toux irritantes, soigne les petites plaies et la feuille s’utilise aussi pour les ampoules. (Merci Tiphaine pour l’astuce!)

Plantago media – Inflorescence
Je vous encourage à l’observer à la loupe de botaniste – Juste sublime !

Bugle rampant – Ajuga reptans
Tige carrée, feuilles opposées décussées et surtout: la tige n’est poilue que sur 2 cotés décussés eux-aussi.

Onobrychis montana - Sainfoin des montagnes

Jolie Saxifrage dite à feuilles en coin ou Désespoir du Peintre
Saxifraga cuneifolia

Les feuilles grasses, pétiolées, en rosettes et crénelées sont reconnaissables

Valeriana dioica

Les orchidées intriguent toujours… ci-dessous Dactylorhiza fistulosa

Les renoncules et leurs nombreuses étamines…
Cette espèce – Ranunculus alpestris – m’attire particulièrement… et je ne suis pas la seule ;)

Elle est belle, n’est ce pas? Un peu compliqué de la prendre en photo avec la forte luminosité ambiante.

 

⇈ Retour en haut

Les surprises végétales – Les secrets de Sabine

Sabine connait cette montagne comme sa poche, elle est guide de montagne et son mari tient Atout Carlines, le centre qui nous hébergeait. Mon groupe l’a eue le samedi après-midi et nous avons pu découvrir quelques secrets des plantes que nous rencontrions. Des petits plus qui permettent d’appréhender les plantes différemment et de les retenir beaucoup plus facilement avec un vrai ressenti…

L’oxalis, à ne pas confondre avec le trèfle, possède de jolies feuilles en forme de coeur et forme de beaux tapis verts tendre. Le gout des feuilles est citronné et frais. Ces dernières contiennent de l’acide oxalique (à consommer à faible dose) et possèdent des propriétés dépuratives, diurétiques et stomachiques. A forte dose, ils peuvent être irritants et entrainer des troubles rénaux et digestifs.

Ci-dessous, vous aurez tous reconnu l’ortieUrtica dioïca. Vous la connaissez sûrement pour ses piqures, en purin pour soigner vos plantes et enrichir le sol, en soupe ou dans une quiche, mais l’avez-vous déjà gouté fraîche? Sur les conseils de Sabine, j’ai aussi testé… Elle a cueilli devant nous, une jeune feuille d’ortie, l’a roulé en boule quelques instants pour casser les petites aiguilles contenant l’acide formique (le responsable des démangeaisons) et … l’a mise en bouche… Je savais déjà qu’il y’avait une manière particulière de cueillir l’ortie pour ne pas se piquer, mais inutile de vous préciser que je n’avais jamais tenté… Tout le monde a alors demandé à Sabine: « mais comment fais-tu pour la cueillir? » Et elle, tout sourire, nous a répondu: « il suffit de lui demander l’autorisation de la cueillir ;)  » L’ortie fraîche a le goût des haricots verts… Riche en silice, l’ortie est aussi une plante extrêmement nutritive car elle est riche en chlorophylle et en minéraux (dont le fer), en protéines et en vitamines: les jeunes pousses sont spécialement riches en vitamine C.

Aimez-vous les racines de réglisse? Oui? Alors cette astuce est pour vous! Sabine nous a indiqué un substitut avantageux, au fort goût de réglisse, peut être même encore plus prononcé que la réglisse elle-même… Il suffit d’aller déterrer la racine d’une petite fougère commune poussant sur les rochers, les troncs, les murs : Polypodium vulgare. C’est d’ailleurs une de mes fougères préférées mais je ne connaissais pas ce petit secret! J’ai gouté un tout petit morceau et effectivement…la racine a bien le gout de réglisse !

Sabine possède une grande affection pour le mélèze ou Larix decidua, très présent par chez elle. C’est un des rares conifères caducs et au feuillage si particulier: doux et vert tendre, ses aiguilles ont un petit gout frais en bouche. Les cônes dressés sont aussi très décoratifs et on retrouve les différents stades de maturation sur une même branche.

Un autre secret de Sabine: la résine de Mélèze, aujourd’hui délaissée en phytothérapie… C’est une résine qui ne se solidifie pas et qui s’utilisait en cataplasme, entre autres. Le nom botanique « larix » vient du celte « lar » qui signifie « gras », en référence à cette texture particulière de la résine.

Avant de rentrer dîner, Sabin a tenu a nous montrer un coin particulier qu’elle apprécie beaucoup. Nous sommes descendues par un sentier étroit et un peu abrupt croisant un torrent. Nous avons alors découvert le goût très résineux des graines de sapin (essayez, c’est surprenant!) et une petite plante carnivore joliment nommée Grassette ou Pinguicula alpina pour les intimes… Elle piège les insectes grâce à ses feuilles qui sont un peu gluantes.

Le lendemain, nous avons eu la chance d’en croiser une autre en fleur dans une tourbière:

Nous sommes descendues encore un peu plus bas sur ce sentier et à un moment donné, Sabine nous a montré une touffe de plantes…Et là, pas besoin de mes lunettes, juste de mes oreilles, car les filles de mon groupes s’exclamaient: « Oh! J’y crois pas! Des Sabots de Venus! » Et moi: « Où ca, où çà des sabots de vénus?!! Je veux voiiiiir! » Vous avez donc ci-dessous quelques images de cette rencontre avec Cypripedium calceolus ;)

De face….

Et de profil…

Un joli groseillier non répertorié par la Covillot: Ribes petraeum

⇈ Retour en haut

 

Aller plus loin:

♧ Voir les photos prises par l’ELPM ICI: merci à Frédéric pour ces belles images supplémentaires et à tous les accompagnants pour l’organisation et les sorties botaniques!

♧ Exercice pratique avec la flore Covillot: www.ordiecole.com/biol/covillot_exercice_pratique.pdf

♧ La nouvelle flore Gallica sera disponible à la fin de l’été: www.leclub-biotope.com

 

70px blog vert citron

 

 

A propos de l'auteur

Je m’appelle Mélanie, green-girl et passionnée, je suis paysagiste-herbaliste et formatrice-coach en cosmétiques faits-maison. J'essaie de faire de l'écologie un art de vivre au quotidien, pour tous, selon une philosophie et une éthique en lesquelles je crois. Depuis 2010, à travers ce blog Vert-Citron et différents livres/magazines, je vous délivre des conseils et des astuces écolo-nomiques. J'anime des balades botaniques et des ateliers/formations sur les plantes : des cosmétiques faits-maison à l'entretien de la maison, de la saponification au maintien de la santé, du compostage à l'art d'aménager son jardin. Au plaisir d'échanger avec vous!


Vos plumes vertes

14 Réponses pour “Week-end botanique aux Karellis – Herbalisme 1ère année”
  1. Ma dit :

    Superbe!! Je ne doutais pas que tu ferais un bel article, mais je suis bien contente de le lire. Tu as de belles photos et de bons souvenirs…. Merci de nous les faire partager!
    Ceci dit, j’ai aussi de très bon souvenirs!
    Merci!
    Bises

    • Vert-Citron dit :

      Merci miss! <3 c’est dommage qu’on ne fasse pas le stage d’été ensemble ;) on se rattrapera: tu m’emmèneras dans tes coins préférés des alpes! Des bisous!! (nb:je t’enverrai un mail à ce propos mais… tu crois que tu pourrais me scanner et m’envoyer par mail le guide de reconnaissance des angiospermes qu’ils ont distribué lors de ce week end, car finalement, je ne l’aurai pas eu ! )

      • Ma dit :

        Oui c’est sûr, j’aurais bien enchaîné avec le stage… mais comme ça on rencontrera encore d’autres gens bien!!
        C’est pas que je ne veux pas, mais mon sac pour partir au refuge est déjà dans l’hélico, avec la covillot et le guide de reco… Donc je pourrais le faire… en août! Peut être que tu en auras trouver un d’ici là ou contact l’école.
        Je suis preneuse pour le mail sur le stage, si je ne te réponds pas, ne t’inquiètes pas, c’est juste qu’il n’y aura pas internet là haut!
        Bisous

        • Vert-Citron dit :

          waouh! ca fait classe de se dire que tes affaires sont dans l’hélico!! ;) Et oui, ne t’inquiète pas, je te dirai comment s’est passé le stage! D’ailleurs je pense bien en faire un article normalement! Je ne sais plus: quand pars tu exactement? et puis… j’ai aussi conservé ton numéro de téléphone… bisous miss!

          • Ma dit :

            Ce serait encore plus classe, mais pas très green de se dire que je monte en hélico! Comme on dit j’enmontagne demain. Je n’aurais donc plus mon portable non plus…. Wouais youpi!!! Aucune onde pendant tout ce temps! Par contre tu auras le numéro de téléphone du refuge sur mon portable s’il te prend l’envie de m’appeler! Bisous

            • Vert-Citron dit :

              Je te souhaite un bon « enmontagnage » miss! je te souhaite de belles rencontres et un bon mois en montagne! j’espere que tu as pensé à mettre l’appareil photos dans l’hélico! Tu me raconteras tout ca! Gros bisous et…. à dans 1 mois 1/2 ! hihi

  2. sandrine dit :

    Ca donne envie d’y aller! bises

  3. Génial ! Que de merveilles ! Bravo pour les photos et le compte rendu (ça donne vraiment envie cette formation).
    Je reviendrais lire cet article plusieurs fois pour essayer de retenir des petites choses. Des bises

    • Vert-Citron dit :

      !! Cet article me sert aussi de souvenir et comme toi, j’y reviendrai… car on apprend qu’en répétant et les astuces de Sabine, entre autres, en dernière partie d’article sont très bien à retenir!! Je n’ai pas fini avec mes articles sur l’ELPM… ;) Bisous

  4. Gatitac dit :

    Bonjour,
    Merci beaucoup de nous faire partager ton expérience grâce à ce superbe reportage, la formation a l’air très intéressante. :-)
    Bonne journée !

    • Vert-Citron dit :

      bonjour gatitac,
      merci pour ton commentaire! cet article est une sorte de « souvenir » pour moi mais aussi effectivement une invitation à connaitre cette école ainsi que la formation d’herbaliste ;) D’autres articles sont prévus afin de suivre la formation pas-à-pas selon mon avancement…
      elle t’intéresse aussi?!
      Bonne journée!

  5. Iza dit :

    Tout simplement magnifique ! On s’y croirait presque avec tes superbes photos, ça à l’air très intéressant cette formation avec en plus une bonne ambiance pour ne rien gâcher ! Merci pour ce partage

    • Vert-Citron dit :

      Bonjour Iza! Merci pour ton commentaire très sympathique! Oui, je me sens dans mon élément avec cette formation! L’ambiance était aussi bien présente, mais malheureusement, nous étions un peu trop nombreux pour pouvoir parler à tout le monde et faire de plus larges connaissances! Je recommence dès demain mais dans les pyrénées pour une semaine de stage d’été… Affaire à suivre! ;)

Vos plumes vertes

N'hésitez pas à partager vos avis et vos questions greens!