Ecole des plantes médicinales – Stage d’été d’Herbaliste

Du 21 au 28 juin 2014, j’ai participé au stage d’été inclus dans ma formation d’herbaliste de l’Ecole Lyonnaise des Plantes Médicinales. Ayant une affinité presque amoureuse avec les Pyrénées, je m’étais inscrite pour le stage d’Aspet, succursale du sud-ouest de l’école. Ce fut une semaine riche en nouvelles rencontres et amitiés, avec des profs géniaux possédant une approche holistique de la nature et tous empreints d’humanisme… Retour sur une semaine à part que je ne suis pas prête d’oublier…

Aspet est un petit village du Comminges, situé en Haute-Garonne (à ~1h de Toulouse) au pied du Cagire dominant la vallée à 1 912 m. Nous étions logés au relais du Bois Perché, en retrait du village. Ce lieu de villégiature accueille aussi les week-ends de cours de la succursale du sud ouest de l’école des plantes: herbalisme, fleurs de bach, aromathérapie….

Nous étions une trentaine d’élèves herbalistes, avec une écrasante majorité de filles (3 garçons pour le reste de filles… ;) ). Les 3 années étaient représentées, ainsi que des élèves d’Aspet, de Lyon ou par correspondance. Un beau melting pot ! D’ailleurs, à celles et ceux qui auraient peur de ne pas en savoir « assez » pour effectuer ce stage en fin de 1ère année: n’ayez crainte, ce stage est accessible à tous: des révisions sont faites en botanique et pour les déterminations, des petites études de cas sont données à des groupes de 3 ou 4 élèves en fonction de l’année d’avancement, les travaux pratiques sont aussi faciles d’accès. Je ne regrette pas de l’avoir réalisé en 1ère année, car selon mon budget, cela me laissera le loisir de le refaire une autre année… Car oui, le seul petit bémol de ce stage, c’est son prix… Pour une semaine en pension complète, cela vous coutera la bagatelle somme d’~850 euros… Préparez vos économies… Ce stage est obligatoire, au moins 1 fois sur les 3 ans afin d’obtenir le certificat d’herbaliste…

Spéciales dédicaces à ma colocatrice de chambre: Gaëlle, à mes covoitureuses: Katy, Nolwenn et Pauline, à Vanessa « ma sorcière bien-aimée », à Magali pour l’organisation, Boris pour son savoir inépuisable sur les plantes, James notre précieuse « Mary Poppins » au masculin (Et qui nous a régalé de ses pains maisons, bissap et frênette…), Hélène et Sandrine pour leur bonne humeur au naturel et Christine pour ses nombreux conseils.

Pour la petite anecdote… Rappelez-vous…

Je vous avais raconté ma rencontre avec Sandrine et Franck des Ateliers en Herbe… c’était grâce à une vidéo des colibris sur leur parcours que je les avais découverts puis que j’ai fais connaissance avec l’école lyonnaise des plantes médicinales. Je les avais ensuite rencontrés à la fin de l’été 2013, avant mon inscription à la formation d’herbaliste.
Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’appris que Sandrine allait nous accompagner sur les TP du stage et qu’elle était maintenant prof à l’école! Je crois de plus en plus que le monde est une série de petits galets posés les uns après les autres et que rien n’est coïncidence…

Sommaire

Cet article riche en photos étant assez long, je vous propose de naviguer comme bon vous semble à l’aide des liens cliquables du sommaire ci-dessous. Le premier lien vous renvoie vers une petite vidéo/diaporama que j’ai réalisé à partir de mes images, les autres points vous renvoient vers des explications un peu plus détaillées dans l’article:

✽ Vidéo du stage
✽ Ambiance générale
✽ Les sorties botaniques
✽ Les TP & préparations
✽ Les petits bonus

Vidéo du stage

⇈ Retour en haut⇈

Ambiance générale

Après une petite (grosse) frayeur de grève de train, j’ai réussi à rejoindre Toulouse et mes nouvelles amies avec qui j’ai parcouru les derniers kilomètres. Arrivées un peu en avance, nous avons profité d’un lieu très sympathique près d’une petite cascade pour faire trempette. Ma chambre, la n°210 (pour la petite anecdote, c’était ma classe de seconde… qui s’en fiche?!) bénéficiait d’une vue imprenable sur le Cajire (à droite sur la photo), les monts environnants et la vallée. Autant vous dire que pendant une semaine, je me suis rassasiée matin et soir de cette vue changeante au fil de la météo et je remplissais mes poumons d’air chargé en  bonnes essences aromatiques.

Depuis la chambre

Depuis la terrasse du relais du Bois Perché…

Le Cajire… isolé du reste de la chaîne, il se détache nettement dans le paysage

 ⇈ Retour en haut⇈

Les sorties botaniques

Nous avons été divisés en 2 groupes de 16 élèves: pendant que les uns partaient herboriser, les autres préparaient des baumes, dentifrices, sirops, macérats… Seul le jeudi fut l’occasion de tous nous réunir et de partir pour l’ascension du Cajire… Malheureusement, la météo n’étant pas avec nous, nous avons dû nous arrêter au Pic de l’Escalette. Les edelweiss nous attendent toujours, mais nous avons pu tout de même observer des gentianes des Alpes, des scilles de printemps, une touffe de grassette (plante carnivore), du chèvrefeuille des Pyrénées, de la sauge des Pyrénées, du millepertuis à sous…

Durant les sorties botaniques, nous étions accompagnés de Boris et James. Ce dernier est jardinier-cueilleur de simples. Il est aussi boulanger et animateur au sein du réseau « Semences Paysannes ». Boris, quant à lui, est botaniste au muséum de Toulouse, accompagnateur montagne et animateur nature. Un beau duo très enrichissant! J’ai adoré! Quand l’un nous expliquait la plante dans son environnement, sa définition et comment la reconnaitre, l’autre nous racontait des anecdotes à son propos, ses propriétés médicinales… Nous avons aussi gouté quelques plantes comme la laitue des murailles – Mycelis muralis (très amère! serait-elle idéale en dépuratif de printemps?! ), le thé des champs – Acinos arvensis – en infusion, l’astragale à feuille de réglisse – Astragalus glycyphyllos

Isatis31 est la flore de détermination que nous avons pratiqué. Je l’ai beaucoup apprécié. Il faut néanmoins déjà connaître la famille de la plante pour l’utiliser. Il peut donc être utile de débuter avec une autre flore, telle que la Bonnier, pour déterminer la famille, surtout au début. Le but de Boris? Nous apprendre à reconnaitre « d’instinct » cette famille avec tout un tas d’astuces et de critères… Fabacées, Lamiacées, Brassicacées, Boraginacées, Apiacées, Astéracées, Rosacées…: je crois que c’est bon… pour les autres, la Bonnier me servira encore un peu car je n’aurai pas tout le temps Boris sous la main! :p

Observer une fleur à la loupe de botaniste… c’est juste magnifique et passionnant. Un jour, j’investirai peut être dans une loupe binoculaire numérique pour pouvoir prendre en photo ce que nous observons de très près… Ci-dessous, les glandes noires sur les sépales d’un millepertuis.

Me voila à l’affût des micro paysages, des saynètes poétiques où l’on s’attend à voir débarquer un lutin et où le monde des fées a toute sa place. Un monde miniature tout en finesse qui ne se laisse observer que par celui qui prend le temps de regarder…

Je suis fan du monde des mousses associé aux plantes grasses et à la pierre. Vous en doutiez?

Le saviez-vous?

L’extraction du jus de la fleur de valériane (Valeriana officinalis) permet d’obtenir un liquide concentré protégeant les cultures des gelées blanches. « Tous les processus métaboliques sont stimulés, la vie du sol est activée, la germination des semences améliorée — et son caractère « de feu » est démontré, spécialement lors de risques de gelée (tardive) quand, pulvérisée en dilution fine, elle enveloppe d’un « manteau de chaleur » les fleurs et les céréales d’hiver menacées. » 3 à 5 gouttes dans 5L d’eau tiède suffisent pour remonter de 2°C les températures autour des fleurs/ bourgeons/ pousses pendant quelques heures. Ce jus aide aussi à la germination en réalisant des bains de semences.

En savoir plus: www.bio-dynamie.org – Valeriane et constellations

Lors de ces sorties, nous avons rencontrés quelque bébêtes aux couleurs chatoyantes… comme ce scarabée aux tons bleu métallisé (chez le mâle). Son nom est l’Hoplie bleue – Hoplia caerulea.

Le genêt à balais – Citysus scoparius Je lui ai trouvé une lumière intéressante révélant ses bords cillés…

Vergerette annuelle ou Erigeron annuus, je crois que je n’ai pas fini de confondre les camomilles et les vergerettes… Il faudra que je m’y penche sérieusement dessus un jour…

Certes, ce n’est pas un herbier très académique, mais ces petits échantillons récoltés m’accompagnent maintenant dans mon carnet de mes petites et grandes utopies… Des souvenirs visuels en plus des nombreuses notes écrites…

 

Le saviez-vous?

Pour remplacer la poudre d’hormone de vos futurs bouturages de plantes… utilisez 3 poignées de bourgeons de saule que vous laisserez macérer 1 journée dans 5 L d’eau, trempez ensuite vos futures boutures dans ce bain quelques heures, repiquez-les, puis arrosez-les avec cette préparation….  Le saule libère de l’acide indolbutyrique qui est un produit naturel remplaçant les hormones d’enracinement.

⇈ Retour en haut⇈

Les TP & préparations

Ce sont Hélène et Sandrine qui nous ont accompagnées sur les ateliers pratiques et la confection de différents produits tels que baume respiratoire, sirop de bourgeon de pin, dentifrice en gel, crème pour les mains ou encore liniment.

J’ai trouvé cette diversité de préparations bienvenue et totalement ludique et pédagogique, surtout pour celles et ceux qui n’avaient encore jamais fabriqués de tels produits. Pour ma part, c’est la première fois que je réalisais un sirop de bourgeons de pins, à la méthode bien particulière puisque nous procédons déjà à une macération alcoolique puis à l’eau. Nous avons dû réaliser un macérat huileux accéléré de calendula pour la confection de la crème pour les mains et le liniment. Et surtout, j’ai assisté à ma première distillation!

Quoi de mieux que de distiller soi-même ses plantes? Ici, récupération de l’hydrolat de menthe poivrée pour la réalisation du dentifrice en gel. Une mince couche d’huile essentielle était bien présente sur le dessus de l’hydrolat. C’est juste un instant magique !

Ci-dessous, voici tous les produits dont mon sac s’est alourdi à la fin du stage! ;) Entre préparations médicinales et cosmétiques, thé des Alpes, baume donné par Sandrine et émulsifiants à tester… je ne suis pas rentrée bredouille et je ne serai pas venue pour rien! :D Si vous souhaitez que je vous donne quelques recettes des produits réalisés lors de ce stage, dites-le moi en commentaire!

 

⇈ Retour en haut⇈

Les petits bonus

Nous avons crée différents sirops supplémentaires (lierre terrestre associé à l’aigremoine), j’ai réalisé mes premières alcoolatures (plantain et lotier corniculé), nous avons cueilli et distillé des fleurs de Tilleul… Des petits extras bienvenus et sympathiques!

Christine, Médecin-Homéopathe et faisant partie de l’Association « Homéopathes sans Frontières » nous avait ramené quelques produits faits main en provenance d’Afrique avec un petit focus sur le Moringa… Je n’ai pas pu m’empêcher de craquer sur quelques petites choses: Savon à l’huile de Moringa, Fleurs pour infusion de Moringa, Trousse, Pochette pour homéo et HE, Bourse, Livre d’homéo et d’alcoolatures pour les blessures et accidents.

Le dernier jour, avant de repartir pour Paris, je fus invitée par Sandrine des Ateliers en Herbe
Je fus heureuse de retrouver son havre de paix et son chaleureux accueil

⇈ Retour en haut ⇈

 

Aller plus loin:

♧ Déterminations effectuées avec la flore ISATIS 31 : http://isatis31.free.fr/documents/Cleflore31.pdf

♧ La nouvelle flore Gallica sera disponible à la fin de l’été: www.leclub-biotope.com

♧ La formation d’herbaliste à l’ELPM, section du sud-ouest: www.ecoledeplantesmedicinales.com – formation longue – herbaliste sud-ouest

 

Je tiens à remercier particulièrement Boris, Christine, Hélène, James, Magali, Pascal et Sandrine – nos supers accompagnants et tous les élèves avec qui les échanges furent très enrichissants !

70px blog vert citron

 

A propos de l'auteur

Je m’appelle Mélanie, green-girl et passionnée, je suis paysagiste-herbaliste et formatrice-coach en cosmétiques faits-maison. J'essaie de faire de l'écologie un art de vivre au quotidien, pour tous, selon une philosophie et une éthique en lesquelles je crois. Depuis 2010, à travers ce blog Vert-Citron et différents livres/magazines, je vous délivre des conseils et des astuces écolo-nomiques. J'anime des balades botaniques et des ateliers/formations sur les plantes : des cosmétiques faits-maison à l'entretien de la maison, de la saponification au maintien de la santé, du compostage à l'art d'aménager son jardin. Au plaisir d'échanger avec vous!


Vos plumes vertes

24 Réponses pour “Ecole des plantes médicinales – Stage d’été d’Herbaliste”
  1. jessika dit :

    Mais quel superbe article ! tout simplement passionnant vraiment !! tes photos sont superbes en plus !!

  2. Ma dit :

    Yeahhh!!! Trop bien, j’aurais grandement préféré être là bas avec toi qu’au refuge…. Mais c’est pas grave, j’irai l’année prochaine avec une plus grande motivation!
    Merci!

  3. Hervé Martin dit :

    Beaucoup de générosité dans cette chronique qui éclaire ton apprentissage…
    Merci Mélanie !

  4. gaouelle dit :

    Bravo Melanie !!
    Super article, superbes photos (et encore je pense bien que ce n’est qu’un tout petit échantillon de tout ce que tu as capturé dans ton appareil !) et video super sympa !!
    l’ELPM d’Apset n’a pas plus belle pub ! mais elle le mérite !
    Genial, moi aussi j’ai un souvenir ému de ce stage: une véritable bouffée d’oxygène. Tant de choses à découvrir, tant de personnes heureuses de transmettre leurs connaissances, tant de personnes désireuse d’apprendre pour transmettre elles aussi.
    Franchement, pendant cette semaines, nous étions comme deux gamines devant une boite de chocolats… excitées chaque jour de gouter quelque chose de nouveau: une nouvelle plante, une nouvelle mixture à base de plantes récoltées le jour meme, de nouveaux paysages, de nouvelles personalités, et toujours partantes pour faire des « heures sup  » en nocturne pour concocter une nouveau remède…
    Allez, bravo encore et à bientot par ici pour par là !
    plein de bises
    Gaelle

    • coucou ma chère colocatrice! j’ai beaucoup aimé ta comparaison avec la boite de chocolats! Et en plus, ce n’était que des « bons » chocolats: pas de mauvaises surprises en vue cachés dans l’un ou l’autre! Et pour les heures sup’… je n’ai jamais été autant ravie d’en faire! hihi, ca change! :)
      Cette école mérite cette pub’ et surtout son enseignement est riche, et les profs uniques! ;) Je la recommande à tout le monde! lolilol
      Bisous! <3

  5. Andrée dit :

    Superbe présentation, la formation d’herbaliste m’intéresse à défaut d’herboriste. Est-ce la même formation avec un titre qui change ? je souhaite également une reconversion, mais quels débouchés avec ce certificat qui non seulement n’est pas reconnu, mais cette formation n’est pas autorisée à délivrer ce certificat selon article publié dans le monde. J’hésite , la formation a un coût élevé avec le stage + le déplacement, j’habite en haute Savoie, la formation en ligne est-elle aussi complète que les cours donnés à Lyon ou dans le sud-ouest ? Etes vous optimiste pour votre reconversion ? Et si c’était à refaire ? Dans tout les cas bonne continuation et bravo pour le blog

    • Bonjour Andrée,
      Oui c’est exact: c’est la même formation mais avec le nom qui change… herbaliste vient de l’anglais « herbalist » qui signifie « herboriste ». Le certificat n’est pas reconnu en france certes, mais par contre, je ne sais pas pourquoi cette école ne serait pas autorisée à délivrer ce certificat…
      Si vous habitez en haute-savoie, le plus simple pour vous est d’aller à Lyon, que ce soit pour les cours ou pour les voyages botaniques ainsi que le stage d’été. Vous pouvez aussi réaliser les cours par correspondance (chose que je fais). Les cours pas correspondance, ne sont pas donnés en ligne, vous recevez les mêmes cours que les « sur place » mais à votre domicile. Ils sont donc tous aussi complets! Le seul bémol: il n’ya pas l’échange interactif avec les profs! Par contre, les devoirs à rendre (4 par an) sont vraiment très pédagogiques, permettent de progresser régulièrement. Je suis vraiment très contente de cette formation pour le moment!
      Si c’était à refaire?! Sans hésiter!! hihi! Mais, je n’ai pas fini pour le moment… donc avant de refaire, je vais continuer!
      Quant à la reconversion, je me laisse plein de portes ouvertes, j’aimerais beaucoup travailler dans une association à but pédagogique dans l’environnement ou dans une herboristerie. A terme, monter mon propre projet. Ce que je souhaite avant tout: l’échange avec les gens, ré-apprendre les pas vers plus d’autonomie et de discernement, comme ce blog! Donc, oui, je suis optimiste!
      J’espère avoir répondu à vos questions,
      A bientôt!

      • andrée dit :

        merci d’avoir pris le temps de me répondre, je prends note des infos et pour l’instant je réfléchis à l’avenir, à bientôt

        • Avec plaisir! N’hésitez pas si vous avez d’autres questions auxquelles je peux répondre. A bientôt

          • Dherbomez dit :

            Bonjour,
            Je me reconnais bien dans vos questions réponses et dans votre approche de la vie. Moi, mon projet est de parvenir à faire de l’animation dans une association avec pour thème principal les plantes.

            • Bonjour Sylviane,
              Merci pour votre commentaire :)
              Vous avez suivi aussi cette formation d’herbaliste?
              Pour ma part, mon projet est toujours le même mais c’est vrai que les postes en associations environnementales sont de plus en plus rares par manque de budget essentiellement. Du coup, depuis aout dernier, je me suis mis à mon propre compte, en plus de mon job actuel, pour proposer des animations autour des plantes.
              Que faites-vous aujourd’hui?
              A bientôt,
              Salutations green

  6. cardamine dit :

    Ohhhh, tu as du te régaler ! quel plaisir d’apprendre dans un cadre pareil, ce sont presque des vacances non ? Et puis, l’idée de se soigner naturellement, c’est quand même génial ! Je trouve que tu as un courage fou, car ce n’est pas simple dans notre monde actuel de revenir à des choses plus simples, plus naturelles, plus humaines… Bravo et merci de nous faire plaisir avec ton joli blog … A bientôt

    • comment te dire…. oui ca ressemblait fortement à des vacances!!! C’est là qu’on reconnait ses passions, non?! ;) Entre le cadre, les préparations, les échanges, la reconnaissance de plantes… j’ai vraiment beaucoup appris en une semaine! Le cerveau prêt à craquer de toutes ses richesses, mais ca va, la digestion s’est bien passée ;)
      Du courage, je ne sais pas… tu sais ce sont des personnes rencontrées il y’a quelques années qui ont commencé à me faire ré-ouvrir les yeux. Puis le cheminement s’est effectué pas après pas. Il ne s’est pas fait du jour au lendemain, je te rassure! :)
      Merci beaucoup pour ton commentaire très sympathique! A très vite!

  7. BRANGER dit :

    Si vous souhaitez que je vous donne quelques recettes des produits réalisés lors de ce stage, dites-le moi en commentaire!

    J’adhère depuis peu à Herbaliste sans frontière, ou j’ai consulté votre article.Je suis intéressé par des recettes.
    Cordialement.

    • Bonjour Denis,
      D’autres recettes viendront sur le blog, mais vous pouvez déjà en retrouver une: http://vert-citron.fr/index.php/2014/09/creme-pour-mains-abimees-millepertuis-calendula/
      Vous êtes vous-même herbaliste? Préparez-vous déjà des produits cosmétiques, d’hygiène? etc?
      Cordialement

      • BRANGER dit :

        Herbaliste autodidacte.La formation que vous faites m’aurait plu mais trop chère pour moi. Je cultive une dizaine de plantes médicinales et j’en cueille dans la nature à peu près autant que j’utilise en majorités en tisanes.Je fabrique de temps en temps du savon (soude caustique)avec des jus de plantes. J’aimerai me lancer un peu dans la cosmétiques avec des plantes issu localement.
        Cordialement.

        • Merci pour ces précisions!
          Avez-vous un site internet? si oui, je serai ravie d’aller m’y promener.
          Si vous fabriquez déjà des savons avec la méthode de la saponification à froid, les cosmétiques de « base » ne devraient pas vous poser de problèmes. ;)
          Bonne journée.

          • BRANGER dit :

            Je n’ai pas de site internet. Pas le temps. Je fabrique aussi mes propres bières en petites quantités comme brasseurs amateurs. Je cueille et décortique de l’osier pour fabriquer ce que j’imagine. Merci à bientôt.

  8. vandevelde dit :

    Bonjour! Merci pour cet article qui me donne encore plus envie de m’inscrire dans cette école!! Le soucis reste l’aspect financier.. J’aurais voulu savoir s’il existait un quelconque organisme qui puisse financer cette formation?
    Merci de votre réponse par avance et bonne journée!

    • bonjour Priscilia,
      Je sais qu’il en existe mais je ne les connais pas car je ne passe pas par ce biais mais puise dans mes petites économies… ;)
      J’ai des amies qui avaient essayé de demander leur financement mais cela n’avait pas fonctionné car l’herboristerie « c’est du loisir, ce n’est pas pour vous former madame ».
      Bref, à essayer avec les organismes proches de chez vous!
      Belle journée

  9. Je viens de découvrir l’existence de cette formation sur 3 ans qui a l’air passionnante!
    En ce qui me concerne, elle me permettrait de faire le lien entre mes connaissances universitaires, mon travail, ma passion pour les plantes et mon blog.
    Ce qui coince au delà de cette assiduité sur 3 ans est le prix…
    J’ai vu sinon qu’il y avait la formation de conseiller en produits naturels sur un an, mais beaucoup moins complète.

    Petite question du coup : ces formations n’étant pas diplômé d’État sont-elles tout de même reconnues et de quelle manière? Sur quoi débouche la formation d’herbaliste?

    Ah oui dernière question : aurais-tu des références de livres dans le domaine de l’herboristerie à conseiller?

    Merci beaucoup pour tes réponses futures.

    Bises

    Helychrise

Vos plumes vertes

N'hésitez pas à partager vos avis et vos questions greens!